news_press_releases_french.jpg

Fermeture du Collège des pompiers de l’Ontario un dur coup pour les petites collectivités et les collectivités rurales de la province OPSEU/SEFPO

Toronto – Warren (Smokey) Thomas, président de l’OPSEU/SEFPO, a qualifié la fermeture du Collège des pompiers de l’Ontario par le gouvernement provincial de dur coup pour les petites collectivités et les collectivités rurales.

« La plupart des communautés souffrent déjà des effets des confinements sans fin dus à la COVID-19 », a déclaré M. Thomas. « Elles n’ont pas besoin de coûts supplémentaires; elles ont besoin d’un bon coup de main dès maintenant. »

Le collège, situé à Gravenhurst, offre une formation aux pompiers de centaines de services d’incendie municipaux qui n’ont pas la capacité ou les ressources pour le faire à l’interne.

« La fermeture de ce collège est une terrible nouvelle pour le personnel, les habitants de Gravenhurst et les centaines de petites municipalités qui n’ont pas les ressources nécessaires pour former leurs propres sapeurs-pompiers », a encore dit M. Thomas.

« Nous appuyons la communauté de Gravenhurst, ainsi que toutes les municipalités affectées par cette décision, qui veulent garder le collège ouvert », a ajouté M. Thomas. « Nos petites collectivités ont déjà beaucoup trop souffert; elles doivent conserver leurs bons emplois plutôt que de les voir s’envoler à Toronto. »

Avec la fermeture du collège, le 31 mars 2021, la province continuera de superviser le développement des programmes depuis un bureau à Toronto, tandis que les municipalités seront responsables des besoins en matière de formation sur le terrain et autres.

L’OPSEU/SEFPO, qui représente 27 employés au Collège des pompiers de l’Ontario, a négocié des solutions de rechange pour le personnel touché par la fermeture imminente de cette institution de 71 ans, exploitée par le ministère du Solliciteur général (SolGen). Dix membres ont l’option de déménager et d’accepter un poste au bureau de Toronto. Les dix-sept membres du personnel restants auront de l’aide pour trouver des emplois comparables dans d’autres communautés, s’ils le désirent.

« Nous avons fait tout notre possible pour amortir le choc subi par les membres dévoués de l’équipe du CPO », a déclaré Ram Selvarajah, co-président du Comité des relations employés-employeur pour le ministère (SolGen). « Je suis convaincu que quiconque choisira de rester à la fonction publique de l’Ontario sera en mesure de le faire. »

« Toutefois, ils ont de profondes racines dans cette communauté », a-t-il ajouté. « Déménager dans une maison à Toronto qui coûte trois fois plus cher ou dans une nouvelle communauté potentiellement à des centaines de kilomètres de là, sera un véritable coup de cœur pour beaucoup. »

Le premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, affirme que le syndicat a fait tout ce qu’il pouvait pour les membres affectés. « Nous voulons que le collège reste ouvert », a dit M. Almeida, mais nous tirons le meilleur parti de cette situation en négociant avec l’employeur pour permettre à nos membres de continuer de travailler à la Fonction publique de l’Ontario. »

Monsieur Thomas s’est dit reconnaissant au CREEM et aux négociateurs pour leur travail acharné au nom des membres. « Quand je vois combien notre personnel et nos représentants élus se soucient de nos membres, je suis encore plus reconnaissant de l’existence des syndicats. Nous faisons une différence. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931