L'équipe de négociation du personnel scolaire des CAAT demande un vote de grève pour protéger les membres des conséquences de l’« avis de non-constitution d’une commission » qui a été réclamé par le CEC

SEFPO Personnel scolaire des colleges
Facebook
Twitter
Email

L’équipe de négociation du Conseil des employeurs des collèges (CEC), qui a quitté la table des négociations cette semaine sans répondre à la dernière proposition du personnel scolaire, a demandé au conciliateur du ministère du Travail de présenter un « avis de non-constitution d’une commission », obligeant l’équipe de négociation du personnel scolaire de l’OPSEU/SEFPO, qui représente le personnel scolaire des 24 collèges publics de l’Ontario, à demander un vote de grève.

« L’avis de non-constitution d’une commission » supprime la dernière étape restante avant que l’employeur ne puisse légalement mettre le personnel scolaire en lock-out ou imposer unilatéralement des conditions d’emploi, 16 jours après la réception de « l’avis ». C’est en 2009 que le CEC a imposé des conditions d’emploi pour la dernière fois, notamment la suppression du droit de déposer des griefs par le syndicat du personnel scolaire et la suspension des comités mixtes syndicat-collège.

Au lieu de se diriger vers un conflit de travail, l’équipe du personnel scolaire a proposé que les deux équipes s’engagent dans un processus volontaire d’arbitrage exécutoire pour résoudre les problèmes en suspens, mais le CEC a refusé cette proposition. Selon JP Hornick, présidente de l’équipe de négociation du personnel scolaire, « il est plus que temps de satisfaire les revendications du personnel scolaire pour le bien de nos étudiants : deux minutes supplémentaires pour évaluer le travail des étudiants chaque semaine, et pour l’apprentissage en ligne, des charges de travail raisonnables pour les coordonnateurs de programme, ainsi qu’une meilleure sécurité d’emploi et plus de temps pour travailler avec les étudiants et les collègues pour le personnel scolaire contractuel syndiqué . Ces propositions, qui ne coûteraient rien à l’employeur ou qui auraient un coût extrêmement faible, seraient extrêmement bénéfiques pour les étudiants et la stabilité du système. »

« En conséquence du refus du CEC de faire des compromis sur les revendications en suspens du personnel scolaire concernant l’amélioration de la charge de travail du personnel scolaire à temps plein et contractuel, l’apprentissage en ligne, la protection de l’utilisation du matériel pédagogique, ainsi que de son refus d’accepter de renvoyer les questions en suspens à un arbitre indépendant, le personnel scolaire n’a pas d’autre choix que de déposer une demande de vote de grève auprès du ministère du Travail », a déclaré JP Hornick.

La réussite du vote de grève du personnel scolaire permettra à l’équipe de négociation de l’OPSEU/SEFPO de coordonner toute une variété de moyens d’action, jusqu’à éventuellement une grève.

« Nous avons vu récemment d’autres syndicats, en particulier dans le secteur de l’éducation, faire preuve de créativité en organisant toute une variété de moyens d’action pour démontrer la valeur de leur travail et l’importance de leurs revendications », a ajouté JP Hornick. « Comme notamment une grève du zèle (c’est-à-dire appliquer de façon stricte les dispositions de la convention collective), refuser d’effectuer des heures supplémentaires ou des tâches de travail spécifiques et/ou tenir des grèves tournantes qui ciblent différents lieux de travail. »

En toute solidarité,
L’équipe de négociation du personnel scolaire des CAAT