Communiqués bannière

Le personnel scolaire des collèges rejette l’offre contractuelle et demande à l'employeur de négocier ou d’aller en arbitrage

Toronto – Les membres du personnel scolaire des collèges de l’Ontario ont rejeté l’offre contractuelle de leur employeur, et le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, espère que ce résultat se traduira par un retour à la table de négociation.

« Je suis convaincu qu’un règlement négocié est là et à portée de main », a déclaré le président Thomas. « Revenons à la table pour y parvenir. »

Les 16 000 membres du personnel scolaire de l’OPSEU/SEFPO ont rejeté l’offre du Conseil des employeurs des collèges (CEC) dans le cadre d’un scrutin sur une offre forcée qui a été supervisé par le ministère du Travail de l’Ontario. En vertu de la loi, l’employeur peut demander au gouvernement de procéder à un scrutin unique sur sa dernière offre.

L’offre du CEC a été rejetée par 62 pour cent des membres du personnel scolaire qui ont voté, après que le CEC eut rompu les négociations en novembre dernier et imposé des conditions de travail au personnel scolaire en décembre.

« Personne n’est surpris du fait que le personnel scolaire des collèges ait rejeté l’offre forcée du Conseil », a déclaré JP Hornick, la présidente de l’équipe de négociation du personnel scolaire des collèges. « Les membres du personnel scolaire ont envoyé un message clair pour dire que cette offre ne répondait pas à leurs préoccupations concernant le temps pour les étudiants, l’équité pour l’ensemble du personnel scolaire et la qualité de l’éducation. » « Nous sommes du côté des centaines de milliers d’étudiants des collèges quand nous disons : “Ça suffit.” »

« Revenez à la table de négociation pour conclure ces négociations », a-t-elle ajouté.   « Si le CEC refuse, alors il devrait au moins apporter de la certitude aux étudiants en acceptant l’arbitrage volontaire des différends. »

Le premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a déclaré que le personnel scolaire ne souhaite pas des négociations unilatérales.

« Au lieu d’essayer de forcer l’adoption d’un accord, revenons à la table », a déclaré Eddy Almeida.

Le président Thomas a déclaré qu’il était temps d’atténuer les tensions et d’éviter d’autres tourments aux étudiants : « Nos membres se sont exprimés. L’employeur doit maintenant faire preuve d’esprit d’ouverture et avoir la volonté de faire ce qu’il faut – pour nos étudiants, pour le personnel scolaire et pour l’avenir de la province. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931; JP Hornick, 416-806-9526; OPSEUCommunications@opseu.org

Related News