Skip to content

Numéro 6 du Bulletin du personnel de soutien à temps partiel des collèges : Horaires chaotiques, services chaotiques

OPSEU College Support Part-time / SEFPO College soutien personnel a temps partiel
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Horaires chaotiques, services chaotiques

C’est simple, un horaire chaotique ne contribue pas à un travail de qualité.  Il est impossible de se concentrer sur son travail ou de planifier son travail ou des projets sans savoir quand on va travailler et pendant combien d’heures.

« Les travailleurs de soutien à temps partiel des collèges veulent faire le meilleur travail possible, mais comment y arriver avec des horaires si irréguliers? », a dit le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. Et la situation ne nuit pas seulement aux travailleurs de soutien à temps partiel. Elle est préjudiciable aussi pour les travailleurs de soutien à temps plein. Et pour le personnel scolaire. Et pour les étudiants.

« Des horaires chaotiques mènent à des services chaotiques », a déclaré M. Thomas.

Réparer le système d’horaires des travailleurs de soutien à temps partiel des collèges de tous les campus de la province est important.

« Dans le cadre de la campagne de syndicalisation, un des enjeux entendu à maintes reprises fut celui des horaires », a affirmé Ted Claeys, président de l’équipe de négociation. « Si c’est une priorité pour nos membres, alors c’est une priorité pour nous à la table.

Monsieur Claeys a dit que son équipe se battrait pour faire en sorte que tous les membres du personnel de soutien à temps partiel :

  • reçoivent leurs horaires longtemps avant le début de chaque semestre;
  • travaillent le maximum de 24 heures par semaine prévu par la loi; et
  • soient protégés contre les changements arbitraires et de dernière minute que peut apporter l’employeur à leurs horaires.         

Des horaires équitables

Prenez une minute pour regarder Christopher Millado expliquer pourquoi il est important d’obtenir un libellé sur les horaires dans cette ronde de négociations.

{“fid”:”35291″,”view_mode”:”default”,”fields”:{},”type”:”media”,”field_deltas”:{“1″:{}},”attributes”:{“class”:”media-element file-default”,”data-delta”:”1″}}

Envoyez-nous vos histoires

Chacune de vos histoires nous aide à justifier nos revendications à la table et à prouver au Conseil que tel ou tel libellé est nécessaire dans notre convention collective.  Continuez de nous faire parvenir vos histoires à l’adresse collegeptbarg@opseu.org. Nous les lisons toutes parce qu’elles sont importantes pour nous et parce qu’elles nous aident vraiment à la table.

« Sans prévenir, l’employeur a réduit mes heures de moitié! »

Je travaille dans un collège de l’Ontario depuis sept ans. J’adore mon travail, mais comme beaucoup d’autres employés à temps partiel, je crains constamment que l’employeur ne renouvelle pas mon contrat au début du semestre suivant.

Pensez-y! Comment vous sentiriez-vous si vous ne saviez pas si vous aurez un emploi dans 14 semaines? Et pas seulement une fois, mais chaque semestre! C’est cruel.

Quand j’obtiens enfin un contrat (souvent à la toute dernière minute), je me sens brièvement heureux et soulagé de savoir que je vais pouvoir mettre à manger sur la table pendant quelques mois de plus.

Il y a quelques semestres de cela, j’ai accepté et signé de bonne foi mon contrat de soutien à temps partiel, reconnaissant d’avoir des heures, comme d’habitude. Quatre semaines après le début du semestre, on m’a dit que mes heures seraient considérablement réduites. D’un jour à l’autre, sans avertissement et sans moyen de trouver un emploi de rechange, mes heures ont été réduites de moitié!

Mon contrat dit que mes heures peuvent être réduites ou augmentées en fonction des circonstances. Je n’avais rien à ma disposition pour contester ce qui m’arrivait. Je n’avais rien pour remplacer le revenu perdu.

« J’espère finir par voir le bout du tunnel! »

Je suis un employé à temps partiel dévoué de mon collège, fort de longues années d’expérience, et je fais vraiment bien mon travail.

Au fil des ans, j’ai vu mes heures être redistribuées à du nouveau personnel et j’ai observé un roulement important. Pourquoi retourne-t-on le fer dans la plaie en donnant mon travail à du nouveau personnel alors que, clairement, je suis une personne dévouée et je fais mon travail d’une manière efficace et efficiente.

Je souffre de dépression et d’anxiété parce que j’ai consacré des années de ma vie à une institution qui se sert de moi quand bon lui semble et me jette au loin quand je deviens encombrant. 

J’écris ces quelques lignes en espérant toucher quelqu’un qui vit une situation semblable à la mienne, pour lui montrer qu’il ou elle n’est pas seul dans ce combat visant à traiter les employés à temps partiel de manière équitable. Gardez la tête haute en attendant, et, espérons-le, le bout du tunnel n’est pas loin. 

Cinq principales raisons pour lesquelles tout le monde gagne quand les horaires sont équitables

On dit que le temps c’est de l’argent. Ainsi, lorsque l’employeur réduit nos heures, il réduit aussi nos paies.

« Lorsque l’employeur nous prend nos heures, c’est comme s’il sortait de l’argent de nos poches », a déclaré Janice Hagan, présidente du Secteur du personnel de soutien des collèges. « Cet argent, on compte sûrement dessus pour payer notre loyer ou acheter des provisions. »

Mais l’argent n’est pas la seule raison pour laquelle le système des horaires est important pour les travailleurs de soutien à temps partiel des collèges et les étudiants qui dépendent d’eux. Voici les 5 principales raisons pour lesquelles il est temps que le Conseil des employeurs des collèges corrige le système des horaires.

  1. Des horaires équitables favorisent le bon moral des employés, qui, à son tour, contribue à une amélioration de la productivité.
  1. En améliorant les horaires, on contribue à la prestation uniforme des services aux étudiants, améliorant ainsi les chances de réussite des étudiants. 
  1. Ce n’est pas parce qu’un personne travaille à temps partiel qu’elle a plus de temps libre.
  1. Nous devons tous et toutes planifier nos vies, et plus particulièrement les travailleurs à temps partiel, qui souvent doivent occuper d’autres emplois à temps partiel pour pouvoir joindre les deux bouts.
  1. Des horaires injustes privent les employés d’un équilibre sain entre leur vie professionnelle et privée.

Travaillez-vous à temps partiel dans un collège tout en étudiant?  Nous avons besoin de vos commentaires!

Les étudiants forment un grand nombre des travailleurs de soutien à temps partiel des collèges. Si vous êtes l’un d’eux, votre équipe de négociation a besoin de vous!

« En tant qu’étudiant, nous essayons de concilier travail et études », a déclaré monsieur Duncan McFarlane, membre de l’équipe de négociation, qui travaille et étudie au Collège Algonquin, à Ottawa. « Nous avons des soucis et des besoins qui sont uniques. »

Pour les comprendre, l’équipe de négociation a créé un bref sondage en ligne à l’intention des étudiants des collèges qui y sont aussi travailleurs de soutien à temps partiel. Le sondage compte seulement sept questions et sera prêt à être rempli le mardi 26 juin à minuit.

« Il faut moins de cinq minutes pour remplir ce sondage », a déclaré monsieur McFarlane, « mais il nous aidera à négocier des clauses qui, nous l’espérons, feront une différence réelle dans votre carrière collégiale. »

Votre équipe de négociation

Ted Claeys, section locale 124, Collège Lambton, président
Duncan McFarlane, section locale 416, Collège Algonquin, vice-président
Jennifer Ayotte, section locale 656, Collège Cambrian
Christopher Millado, section locale 557, Collège George Brown
Connie Collins, section locale 137, Collège St-Clair
Janice Hagan, section locale 561, Collège Seneca, présidente du Secteur du personnel de soutien des collèges

Pour plus d’information, visitez www.sefpo.org.

Joignez-vous à nous sur Facebook : https://www.facebook.com/CollegeSupportPT/

Suivez-nous sur Twitter : @CAATSoutien_TP #TPchangement

Si vous avez des questions ou des inquiétudes, écrivez à votre équipe de négociation à l’adresse collegeptbarg@opseu.org. Nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

Distribution autorisée par Warren (Smokey) Thomas
Président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario

Si vous avez des questions, des préoccupations ou voulez nous parler de ce qui se passe dans votre lieu de travail, écrivez-nous à collegeptbarg@opseu.org. Nous lisons tout ce que nous recevons parce que tout ce que vous nous envoyez nous est utile!