Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Les collèges vont tout droit vers un échec avec leur politique sur la liberté d'expression

SEFPO Personnel scolaire des colleges
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, s’inquiète du fait que les collèges de l’Ontario aient élaboré à la hâte une politique sur la liberté d’expression dans un secret quasi-absolu et sans aucune consultation.

Le SEFPO a appris que les collèges avaient discrètement mis sur pied un groupe de travail stratégique composé de 12 administrateurs collégiaux et d’un étudiant tout en excluant délibérément le personnel scolaire. Ils ont ensuite rédigé une politique sur la liberté d’expression qu’ils voulaient garder secrète jusqu’au 1er janvier 2019, le délai fixé par le gouvernement provincial.

Le 30 août 2018, le premier ministre Ford avait demandé aux collèges d’élaborer une politique sur la liberté d’expression, à défaut de quoi ils pourraient subir une réduction de leur financement. Il avait en outre ajouté que les étudiants qui protestent sur les campus pourraient faire l’objet de mesures disciplinaires et être exclus de leur programme d’études collégiales.

Le président Thomas a trouvé ironique que les administrateurs des collèges aient élaboré une politique sur la liberté d’expression sans permettre à quiconque de dire un mot.

« Pas de liberté de parole en ce qui a trait à la politique sur la liberté d’expression? J’essaie désespérément de comprendre leurs motivations », a ajouté le président Thomas.

« Les collèges devraient retourner à la case départ et faire les choses comme il se doit. Le personnel scolaire, les étudiants et le personnel de soutien des collèges doivent être impliqués; tout le monde doit pouvoir faire entendre sa voix. »

Selon RM Kennedy, président de la Division du personnel scolaire des collèges (SEFPO), le personnel scolaire joue un rôle primordial lorsqu’il s’agit de faire respecter le principe de la liberté d’expression et d’instaurer un environnement éducatif inclusif et positif au sein des collèges de l’Ontario. « J’ai bien peur qu’ils se focalisent surtout sur les sanctions envers les étudiants et le personnel scolaire qui tenteront de s’exprimer sur les campus. »

« En élaborant cette politique sans consulter tous les intervenants, ils nuisent à la crédibilité de l’éducation dans les collèges. Cet incident souligne la nécessité d’établir une gouvernance collégiale au sein de laquelle le personnel scolaire et les étudiants occuperaient une place centrale dans le processus décisionnel collégial », a conclu RM Kennedy. 

Renseignements : 
Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO – 613-329-1931
RM Kennedy, président de la Division du personnel scolaire des collèges (SEFPO) – 416-346-8382