Les responsables communautaires veulent des services de déneigement publics

Snowplow in winter plowing snow
Facebook
Twitter
Email

Plus de 1 000 Ontariens ont écrit à leurs politiciens pour leur demander de retourner au déneigement public.

Et les chefs politiques et communautaires ontariens réagissent. À travers la province, les politiciens recommandent au gouvernement de s’expliquer sur l’avenir de l’entreprise de déneigement Carillion. Nombre d’entre eux disent que ces contrats de déneigement devraient être ramenés sous le contrôle public.

« On a dit que Carillion Canada serait à court de fonds dans 11 jours – sans garantie que nos routes et autoroutes seront nettoyées par la suite ou que les travailleurs routiers et sous-traitants seront payés après le 19 février », écrivait Wayne Gates, porte-parole du NPD en matière de transports, dans une lettre ouverte à la ministre des Transports Kathryn McGarry.

« Si une nouvelle entente est en place pour assurer que nos autoroutes sont nettoyées et garantir la sécurité des conducteurs, de leurs enfants et petits-enfants, et la protection des emplois des conducteurs de déneigeuses, je vous demande alors de nous communiquer cette entente. »

Dans la communauté de Bancroft, le conseil municipal en a clairement assez du rendement médiocre et du manque de fiabilité des services de déneigement privés. Le directeur des travaux publics de la municipalité nous dit qu’il dresse des plans pour reprendre de façon « permanente » le déneigement des 11 kilomètres d’autoroute près de la ville que Carillion déneige actuellement.

« Nous avons les installations, nous avons l’équipement et nous avons le personnel qu’il nous faut pour continuer le travail sans interruption », a dit Perry Kelly au Bancroft This Week.

Monsieur Kelly a déclaré que les employés municipaux feront un meilleur travail et seront moins cher que Carillion, contribuant ainsi à la sécurité de nos autoroutes et à d’importantes économies pour la ville.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, est d’accord avec ça. Il a dit qu’il était temps pour la province de ramener tous ses contrats de déneigement à l’interne.

« Un grand désordre régnait au sein de la compagnie Carillion, et sa disparition soudaine expose les services, les travailleurs et le public à des risques inutiles », a encore dit le président Thomas dans un communiqué de presse. « Nous devons nous protéger contre les désastres de la privatisation comme celui-ci en ramenant ces services à l’interne. »

Entre temps, Michael Harris, porte-parole conservateur en matière de transports, demande lui aussi plus de transparence.

« Je vous demande d’informer les familles ontariennes d’ici la semaine prochaine des plans du gouvernement en ce qui concerne le déneigement de nos routes et pour faire en sorte que les familles puissent se rendre au travail, aller à l’entraînement de hockey et faire leurs courses sans danger », a écrit Harris dans une lettre.