Skip to content
dev_services_opseu_french_banner.jpg

Intégration communautaire Grand Sudbury ignore la directive du ministère

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Intégration communautaire Grand Sudbury (ICGS), une agence locale de services sociaux qui vient en aide aux personnes vivant avec un handicap de développement, refuse d'honorer l'engagement provincial d'augmenter les salaires des travailleurs et travailleuses des services de développement.

Le ministère des Services sociaux et communautaires a alloué 180 millions de dollars à répartir entre les agences de services de développement de tout l'Ontario. L'objectif consiste à stabiliser la main-d'œuvre en augmentant les salaires bas et en réduisant le nombre de postes précaires instables à temps partiel ou occasionnel.

La direction de l'ICGS cherche à léser les travailleurs des services de développement, insistant pour dire que les salaires précédemment négociés et les règlements au titre de l'équité salariale sortiraient de ces nouveaux fonds de la province.

En vertu de la Loi sur l'équité salariale de 1987, Intégration communautaire Grand Sudbury doit actuellement quatre années de compensation au titre de l'équité salariale à ses employés. Leighton T. Roslyn, directeur général, ignore de manière flagrante la directive du ministère énonçant clairement que les fonds actuels accordés au titre des améliorations salariales ne doivent pas servir à respecter les engagements de l'agence en matière d'équité salariale ou les augmentations salariales négociées plus tôt.

Les employés de l'ICGS ont dû relever de nombreux défis au fil des ans. Les augmentations salariales ne sont pas toujours accordées en temps voulu et plus de 75 pour cent du personnel ne bénéficie d'aucune prestation d'assurance-maladie. Nombreux sont ceux qui sont obligés de travailler deux quarts pour survivre, et aucun paiement n'a été fait au titre de l'équité salariale depuis quatre ans. Les employés n'ont pas non plus bénéficié du financement accordé au titre des améliorations salariales que la plupart des autres agences ont commencé à distribuer à leurs employés depuis le 1er avril 2015.

« Le moral du personnel d'ICGS est très bas. De nombreux employés sont découragés et n'ont pas l'impression qu'on les apprécie ou qu'on les respecte. En fin de compte, ce sont nos clients qui vivent avec une déficience intellectuelle qui souffrent. Nous pouvons toujours chercher un autre emploi. Mais les résidents ne peuvent malheureusement pas prendre leurs cliques et leurs claques et aller voir ailleurs. Une agence de services sociaux devrait valoriser tant les résidents que ceux qui fournissent les soins », a déclaré June St. Germain, présidente de la section locale 676 du SEFPO.

Pour plus d'information :

June St. Germain, présidente de la section locale 676, 705.691.2164

Lorie St. Amand, déléguée du personnel au SEFPO, 705.698.9731

Secteur des Services de developpement