Aperçu du Congrès, jour 1 : Smokey Thomas prononce un émouvant discours d’au revoir

Facebook
Twitter
Email

PDF version

Le président Smokey Thomas prononce un discours d’au revoir chargé en émotions

Par Craig Hadley

Après 15 ans à la barre de l’OPSEU/SEFPO, le président Warren (Smokey) Thomas a prononcé son discours final devant plus de 2 000 participants. Parfois obligé de contenir ses émotions, Smokey Thomas a exprimé sa gratitude et son appréciation en retraçant les succès du syndicat qui ont émaillé toutes ces années.

Sous sa direction, le nombre de membres de l’OPSEU/SEFPO a plus que doublé pour atteindre plus de 180 000. En remerciant chaleureusement les membres, le personnel et les alliés du syndicat d’avoir contribué à faire de l’OPSEU/SEFPO le meilleur syndicat du secteur public de l’Ontario, il s’est également dit confiant que le syndicat continuerait sa croissance.

La liste des réalisations du président Thomas était tout simplement trop longue à énumérer, mais il a tenu à souligner la campagne de l’OPSEU/SEFPO « Ça nous appartient ».  Cette campagne, qui a contribué à sensibiliser la population à l’importance des services publics, a évité la privatisation de nombreux milieux de travail partout en Ontario. En dépit du succès de cette campagne, il a fait remarquer que la lutte contre la privatisation continue, car elle risque bien de s’intensifier au fur et à mesure que les gouvernements doivent faire face à la montée des dettes accumulées durant la pandémie de COVID-19.

Une journée chargée en émotions au moment où le président de l’OPSEU/SEFPO ayant servi le plus longtemps passe le flambeau à un nouveau dirigeant, laissant derrière lui un héritage syndical sans égal.

L’aînée Ethel LaValley parle des efforts de l’OPSEU/SEFPO en faveur de la vérité et de la réconciliation

Ethel LaValley at a podium

Par Marilyn Ott

L’une des voix les plus respectées de l’OPSEU/SEFPO encourage les membres du syndicat à réfléchir sérieusement à la manière dont ils peuvent s’associer aux communautés autochtones.

« Le travail que vous faites au sein du mouvement syndical peut apporter des changements substantiels et efficaces, si vous prenez les mesures appropriées », a déclaré Ethel LaValley, mercredi, au Congrès.  « Allez au-delà des gestes symboliques et tissez des relations avec nous. Soyez à l’écoute des peuples autochtones et n’ayez pas peur de nous laisser prendre le gouvernail. »

Madame LaValley, aujourd’hui à la retraite, est une aînée membre des Alqonquins Pikwàkanagàn. Dirigeante reconnue au sein du mouvement syndical, elle a été membre du Conseil exécutif/vice-présidente de la Région 3/dirigeante au rang le plus haut élevé de l’OPSEU/SEFPO, secrétaire-trésorière de la Fédération du travail de l’Ontario et élue première vice-présidente autochtone du Congrès du travail du Canada.

Madame LaValley a également été la femme au rang le plus élevée au Conseil exécutif du SNEGSP.  Elle a en outre milité au sein de sa communauté et a été élue au conseil et mairesse du canton de South Algonquin.  Elle continue de s’engager, notamment en tant qu’aînée lors des cérémonies d’ouverture et des rassemblements traditionnels pour divers forums.

Madame LaValley a souligné l’importance de témoigner du respect à l’égard des Premières Nations et de reconnaître les territoires traditionnels et le fait que les peuples autochtones sont les premiers intendants de la terre. Elle a également parlé de la cérémonie de purification qui a eu lieu avant le début du Congrès et expliqué comment la salle du Congrès et les microphones ont été purifiés pour commencer la première journée en harmonie.
Madame LaValley a déclaré que la découverte des sépultures de centaines d’enfants autochtones sur les terrains de pensionnats autochtones au cours des deux dernières années est choquante et inquiétante. Elle a salué les excuses que le Pape a prononcées il y a quelques jours et ajouté qu’il reste encore beaucoup à faire même s’il s’agit d’un pas de plus vers la vérité et la réconciliation.

Dans son mot d’ouverture du Congrès, elle a reconnu la contribution de l’OPSEU/SEFPO à la vérité et à la réconciliation.  Elle a remercié les membres et les dirigeants pour le travail qu’ils ont accompli et qu’ils continueront de faire à l’avenir.

Les nouveaux délégués découvrent les ficelles du Congrès

A new delegate wearing a mask sitting in a crowded room.

Par Marilyn Ott

Chaque congrès accueille une nouvelle cohorte de délégués. Compte tenu de la complexité des règles de procédure et du Congrès, l’OPSEU/SEFPO a veillé à ce que les nouveaux délégués disposent des outils leur permettant de s’y retrouver non seulement pour leur propre intérêt, mais également pour les intérêts de toutes les personnes qu’ils représentent.

Mardi soir – la veille de l’ouverture du Congrès – un séminaire était organisé à l’intention des nouveaux délégués. Comme on pouvait s’y attendre, le président sortant Warren (Smokey) Thomas était sur place pour les accueillir avec des mots de bienvenue et d’encouragement. Il a fait remarquer que le Congrès est plus qu’une simple réunion. C’est l’organe directeur souverain de l’OPSEU/SEFPO. La présence et la participation des délégués sont essentielles au processus démocratique de notre syndicat qui est axé sur ses membres.

Il a souligné le fait que de nombreuses discussions précèderont la prise de décisions et la mise en œuvre des actions que nous mènerons tous ensemble demain.

Les nouveaux délégués ont reçu deux documents sur les Règles de procédure de Robert, qui traitent de la façon d’amender et de voter sur les motions présentées à la salle du Congrès.

On leur a également expliqué le rôle du Comité des résolutions. Le travail des membres du comité est d’examiner, de classer, de consolider et de classer toutes les résolutions soumises pour présentation aux délégués. Une résolution est une motion ou proposition soumise au Congrès, demandant avec instance la mise en place d’une politique ou d’un plan d’action qui guidera le syndicat dans les mois ou années à venir.

Ensemble, elles forment la base des règles de procédure et le plan d’action du syndicat. Elles peuvent être soumises par les sections locales, les réunions divisionnaires/sectorielles, les conseils de district, le Conseil exécutif, les comités provinciaux et l’exécutif de la Division des membres retraités. Les résolutions doivent être approuvées par la majorité des délégués votants aux réunions où elles sont élaborées.

Si vous souhaitez commenter une résolution, vous êtes libre de prendre la parole en indiquant d’abord votre nom et section locale et si vous êtes un nouveau délégué.

On a également dit aux nouveaux délégués qu’ils peuvent poser des questions à leurs confrères et consœurs à leur table s’ils ne comprennent pas quelque chose! Ils sont probablement en mesure de répondre aux questions.

Eddy répond aux questions sur le budget

OPSEU/SEFPO First Vice-President Treasurer Eduardo (Eddy) Almeida smiles at a podium

Par Dan McKnight

Mardi soir, le premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a présenté le budget proposé de l’OPSEU/SEFPO pour 2022. Il s’agissait d’un exposé informel qui a permis aux membres de poser des questions avant le début officiel du Congrès. Une cinquantaine de membres y ont assisté.

Les recettes et les dépenses prévues de l’OPSEU/SEFPO sont énumérées dans le document D du Congrès. Eddy a déclaré que les recettes des cotisations syndicales devraient augmenter à hauteur de 127 millions $. Cependant, cette bonne nouvelle doit être modérée par le fait que l’OPSEU/SEFPO devrait se préparer à lutter contre l’austérité que les gouvernements futurs sont susceptibles d’imposer en raison de leurs dettes et déficits élevés.

En raison de la pandémie, les dépenses pour des événements comme les congrès 2020 et 2021 ont été considérablement réduites. Cela a permis au syndicat de réinvestir ces fonds dans des services supplémentaires pour les membres. L’OPSEU/SEFPO a, par exemple, pu rembourser la dette associée à l’achat d’un immeuble de bureaux pour servir les membres. En outre, ces bâtiments sont considérés comme des actifs pour le Fonds de grève. Si davantage de fonds sont nécessaires, ces bâtiments peuvent être utilisés comme garantie.

L’OPSEU/SEFPO a acquis récemment le Centre de formation Dorset, qui comprend 21 bâtiments. Le syndicat rénovera cette belle propriété située au bord de l’eau qui servira de centre de formation et de conférence et sera de surcroît un actif pour le fonds de grève.

Les séances de Q et R sur le budget sont un excellent moyen pour les membres d’en savoir plus sur le budget de l’OPSEU/SEFPO.

Three women wearing masks at a table in a crowded room.

OPSEU/SEFPO member Kingsley Kwok at a microphone.

La salle de mieux-être de l’OPSEU/SEFPO : un lieu de détente

Par Dan McKnight

Vous sentez-vous anxieux, stressé ou submergé par les événements du Congrès? Il s’agit de votre premier rassemblement important depuis le début de la pandémie de COVID? Vous cherchez un endroit pour vous échapper et vous détendre ?

Cette année, l’OPSEU/SEFPO a ouvert une salle de mieux-être, où les participants au Congrès peuvent faire une pause et évacuer l’anxiété et le stress qu’ils peuvent ressentir. C’est une idée novatrice du syndicat afin d’inclure davantage de membres durant cette période en particulier où nous devons tous nous réhabituer aux grands événements en personne.

La salle de mieux-être dispose d’un salon et d’un espace privé pour s’allonger. Deux conseillers formés sont sur place pour venir en aide aux personnes qui en ont besoin durant le congrès.

La salle de mieux-être est située dans la suite 203C. Elle est ouverte de 8 h 30 h à 18 h, du mercredi au vendredi, et de 9 h à 12 h, le samedi. Si vous avez besoin de « déstresser », la salle de mieux-être de l’OPSEU/SEFPO est l’endroit pour vous!

Les nombreux défis auxquels l’équité est confrontée dans un syndicat

Par Michael Hamilton

La notion d’équité au sein de l’OPSEU/SEFPO est un sujet brûlant depuis ces dernières années. Les divers comités visés par l’équité ont fait pression sur l’OPSEU/SEFPO pour plus de diversité et d’inclusion au sein de la direction de l’OPSEU/SEFPO.

Cette année, l’idée d’introduire des sièges visés par l’équité était censée être débattue au Congrès afin que les membres puissent voter sur cette question. Mais la motion n’ayant pas été présentée initialement au Comité sur les Statuts de l’OPSEU/SEFPO, l’équipe juridique du syndicat n’a pas pu examiner le libellé de façon à ce qu’il puisse être aligné sur la Loi sur les personnes morales. En conséquence, la motion a malheureusement dû être reportée au Congrès de l’an prochain.

Le niveau de déception était visible chez certains orateurs comme Peter Thompson, président de la Coalition des travailleurs racialisés, et Sara Labelle, l’une des membres du Conseil exécutif de la Région 3 de l’OPSEU/SEFPO. Il y a encore de l’espoir pour la motion, et ce retard permettra aux comités visés par l’équité d’avoir une année supplémentaire pour finaliser le libellé afin que les membres puissent la voter au prochain congrès.

Pour de nombreux membres, comme Peter Thompson, c’est un rêve qu’ils espèrent voir se concrétiser. En fin de compte, l’espoir est grand que les membres accepteront d’adopter cette motion et que des sièges visés par l’équité seront ajoutés au conseil.

Kola Iluyomade, un géant de la justice sociale

Kola Iluyomade

Par Michael Hamilton et l’Unité de l’équité

Le Prix du mérite en justice sociale Fred Upshaw a été décerné pour la première fois au Congrès 2022.  Il a été créé par la Coalition des travailleurs racialisés (CoTR) en l’honneur de l’ancien président de l’OPSEU/SEFPO, Fred Upshaw.  Il a été un pionnier et un champion des droits de la personne dans le mouvement syndical. Premier président noir à diriger un important syndicat canadien, Fred Upshaw a mis l’équité sur la carte de l’Ontario. On a créé ce prix pour reconnaître le leadership et l’excellence des membres racialisés qui ont contribué à leur syndicat et à leurs communautés.

Lorsque le moment est venu de décider du lauréat du prix inaugural, la décision a été unanime. On devait le décerner à un personnage plus grand que nature. À quelqu’un qui incarnait les valeurs, les principes et l’héritage de Fred Upshaw. C’est exactement ce que Kola Iluyomade a défendu jusqu’à son dernier jour. Ceux d’entre nous qui le connaissaient savent qu’il n’était pas seulement valeureux, mais qu’il était homérique, un frère, un leader, un visionnaire et un ami dans les tranchées.

Membre de la section locale 5117, Kola avait rejoint l’OPSEU/SEFPO en 2017. En sa qualité de vice-président pour les personnes d’ascendance africaine à la Coalition des travailleurs racialisés et de président de la CoTR de la Région 5, Kola avait été le fer de lance de la première Conférence des travailleurs racialisés de l’OPSEU/SEFPO en 2018. Ses paroles, son travail et son dévouement sans relâche sont à l’origine du travail que le syndicat a entrepris pour éradiquer le racisme anti-Noirs. Kola savait que le changement ne serait pas facile, mais il n’était pas non plus du genre à se détourner de la vérité ou de la justice.

Kola disait la vérité aux gens de pouvoir et son militantisme dépassait son action syndicale. Il a mené l’un des plus grands combats contre cette institution à un moment critique où le système éducatif portait préjudice aux élèves noirs et ruinait leur avenir. Son travail pour lutter contre le racisme anti-Noirs dans le système d’éducation est le pilier et le fondement des changements qui voient actuellement le jour dans les conseils scolaires de la province. Et tout avait commencé avec le Conseil scolaire du district de Peel.

Manifester sa solidarité avec ses anciens collègues et militants syndicaux en grève du Centre de santé communautaire de Black Creek a été l’une des dernières choses que Kola a faites avant de nous quitter. Cela démontre son engagement sans bornes à lutter pour des salaires et conditions de travail équitables pour les travailleurs partout dans le monde.  Il croyait de tout son cœur au pouvoir et à la valeur des syndicats. Tout cela témoignage de qui il était en tant qu’individu, faisant toujours passer des autres avant les siens.

Mercredi après-midi, l’épouse de Kola, Funke, et son fils, Ore, ont accepté ce prix en son nom. S’adressant à l’assemblée du Congrès, Funke a parlé de l’amour et du rire que Kola partageait avec beaucoup d’entre nous en dépit des circonstances ou de l’adversité auxquels il devait faire face lorsqu’il défiait les gens au pouvoir. Elle nous a également rappelé tous les sacrifices que Kola a faits quand il était membre de l’OPSEU/SEFPO. C’est la raison pour laquelle le prix que lui décerne son syndicat a une signification importante pour sa famille.

Kola est décédé le 24 juin 2021 des suites d’une maladie soudaine. Son travail et son héritage à l’OPSEU/SEFPO profiteront aux générations à venir.

Repose en paix cher confrère.

Les jeunes travailleurs continuent d’avancer

Kaylee Heath

Par Michael Hamilton

Si la pandémie nous a montré une chose, c’est que les jeunes travailleurs ont appris à se mobiliser et à être plus forts dans leurs milieux de travail. Les jeunes travailleurs ont prouvé qu’ils sont capables de s’engager et de se soutenir les uns les autres.  L’OPSEU/SEFPO a décerné son premier Prix de la jeune travailleuse de l’année à Kaylee Heath de la section locale 329.

Kaylee, infirmière de profession, a travaillé sans relâche, pendant la pandémie en particulier. Dans son discours, Kaylee a remercié les membres de sa section locale et les membres de la Région 3 qui ont toujours été présents pour la soutenir, elle et ses collègues. Elle a également déclaré que les connaissances et les outils qu’elle a appris lors des conférences sur l’équité l’ont vraiment aidé à tenir son rôle de dirigeante et à parler d’une voix forte pour ses collègues. Kaylee a remercié ses camarades du Comité provincial des jeunes travailleurs pour leurs efforts inlassables et leur soutien tout au long de la pandémie.

En dépit de la pandémie mondiale et des coupures continues dans le système de soins de santé, Kaylee fait constamment preuve d’une détermination et d’un dévouement sans bornes. Elle continue de plaider pour que les membres racialisés et marginalisés puissent jouer un rôle plus actif au sein de l’OPSEU/SEFPO et a poussé son employeur à mettre en place un environnement de travail plus équitable et plus sécuritaire. Kaylee a un avenir brillant devant elle et l’OPSEU/SEFPO est fier du travail qu’elle a accompli et qu’elle continuera d’accomplir.

Tischa Forster « émue » de recevoir le prix Leah Casselman

Tisha Forster with the Leah Casselman Award

Par Marilyn Ott

Le prix Leah Casselman a été décerné à Tischa Forster, présidente de la section locale 133 de l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) d’Elgin/Oxford, qui s’est illustrée récemment pour « mobiliser pour gagner ».

Sous le leadership de Tischa, son unité de négociation a obtenu l’un des meilleurs contrats des ACSM de toute la province, ce qui en fait la première ACSM à se joindre à notre famille syndicale. En outre, Tischa a contribué à organiser trois autres ACSM afin qu’elles puissent rejoindre l’OPSEU/SEFPO.

Tischa a également :

  • présidé cinq rondes de négociations tout en dirigeant simultanément des campagnes de soutien créatives;
  • négocié avec l’avocat de son employeur toutes les revendications monétaires dans le premier contrat de son unité; cela comprenait la défense de l’équité salariale pour combler un écart salarial identifié de plus de 5 $ l’heure, ce qui a donné lieu au premier règlement en matière d’équité salariale de l’histoire de l’ACSM.
  • mené trois votes de grève pour défendre les contrats et lutté contre l’intimidation et le harcèlement en milieu de travail;
  • mobilisé des efforts de campagne pour protéger les services de santé mentale et de toxicomanie, à l’échelle locale et régionale;
  • trouvé des moyens créatifs de protéger les membres pendant la pandémie grâce à son leadership en tant que coprésidente du Comité mixte sur la santé et la sécurité au travail, en particulier dans les domaines liés à plusieurs refus et aux accommodements pour le travail à distance.

« Je suis très émue de recevoir ce prix », a déclaré Tischa en acceptant le prix. « Je dédie ce prix à la section locale 133 et à la Division de la santé mentale et des toxicomanies. Je voudrais également remercier toutes celles et tous ceux qui m’ont encadrée dans le syndicat. »

 

Le Prix de la santé et de la sécurité récompense toutes les sections locales de l’OPSEU/SEFPO

Par Dan McKnight

Cette année, le Prix de la santé et de la sécurité de l’OPSEU/SEFPO a été décerné à toutes les sections locales de l’OPSEU/SEFPO pour le rôle qu’elles ont joué pour faire fonctionner la province durant la pandémie de COVID-19.

Les membres de l’OPSEU/SEFPO ont continué d’être les héros de première ligne durant cette période sans précédent. Certains membres ont été confrontés à de nombreux défis, car ils ont dû s’adapter au travail à distance, comme l’exigeaient leurs employeurs. D’autres ont dû continuer à venir au travail et faire face à de nouveaux risques pour leur santé et à des conditions de travail changeantes en fonction des lignes directrices en matière de santé publique.

Le président Smokey Thomas a fait remarquer que c’est grâce aux membres de l’OPSEU/SEFPO si la COVID est restée aussi longtemps hors des prisons et des foyers de groupe. Smokey a déclaré que la réponse des membres de l’OPSEU/SEFPO à la pandémie restera « l’une de nos heures de gloire ».

Puisqu’il était impossible de distinguer une section locale de l’OPSEU/SEFPO en particulier pour sa réponse à la COVID, le Prix de la santé et de la sécurité 2022 a été décerné à toutes les sections locales de l’OPSEU/SEFPO.