Skip to content

Mise à jour finale du Congrès - le 11 mai 2014

200r0073.jpg
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Hudak manifeste sa présence au Congrès 2014

Le moment opportun? Parfaitement choisi? Je vous laisse le soin de juger.

tim-hudak-two1.jpgTôt la deuxième journée du Congrès 2014, Tim Hudak annonçait que s'il était élu, son gouvernement conservateur supprimerait 100 000 emplois à la fonction publique de l'Ontario.

« Notre gouvernement grossit plus vite que nous pouvons nous le permettre », a dit Hudak. En outre, la vision d'Hudak comprend un gel salarial global et la fin des « pensions plaquées or ». Son plan comprend une attaque sur tous les ministères, à l'exception du ministère de la Santé.

Nous avons interrogé les délégués au Congrès pour voir ce qu'ils pensaient de ces petites pépites de sagesse, et voici ce qu’ils nous ont dit :

« Supprimer 100 000 emplois au sein de la fonction publique n'aidera pas notre économie; au contraire, une telle mesure représentera un poids de plus pour notre économie et coûtera des emplois dans tous les secteurs, public et privé. »

« À qui vend-il ses salades? Comment a-t-il l'intention de créer 1 100 000 emplois pour les Ontariens? »

« Avec 22 ans au gouvernement, Tim Hudak a trouvé la bonne planque. »

« 100 000 emplois supprimés, c'est tout simplement 100 000 personnes de plus à la recherche d'un des rares emplois du secteur privé. »

« Ça me fait peur, pour moi et pour ma famille. »

« Nos services sociaux sont déjà étirés au maximum; avec 100 000 emplois en moins, nous ne recevrons jamais les services dont nous avons besoin. »

« Nous devons nous assurer que les progressistes-conservateurs NE GAGNENT PAS ces élections. »

Verne Saari : Confessions d'un débutant

Assis ici à la table des médias, je dois avouer me sentir un peu perdu et dépassé. Relativement nouveau au Comité du magazine En Solidarité, j'apprends sur le tas.

verne.jpgEssayant de me tenir au courant sur ce qui se passe dans la salle, j'ai été frappé par le dévouement et la compétence de tous ces délégués, ici au nom de leurs membres.

Pour le débutant que je suis, tout va très vite au Congrès et essayer de comprendre et suivre toutes les motions et actions prises est très intimidant. Je me conforte de pouvoir apprendre et améliorer mes connaissances du fonctionnement de notre syndicat et des subtilités qui s'y rattachent.

C'est incroyable de voir comment tournent les roues du SEFPO, et on y reconnaît la démocratie à son plus fort.

À ce poste élu, je ressens aussi le besoin de m'efforcer de communiquer plus efficacement avec nos membres; et j'ai l'impression de devoir quelque chose aux membres qui m'ont choisi pour ce poste au sein du Comité du magazine En Solidarité, ainsi qu'aux membres de ma propre section locale.

D'un côté, j'ai l'impression de ne pas mériter le poste que j'occupe, en raison de mon manque d'expérience. De l'autre, j'estime que c'est exactement de ça dont il s'agit au SEFPO : donner à chaque membre la chance de s'impliquer en se présentant dans le cadre des élections de tous les comités, pour n'importe quel poste.

Notre budget est à présent passé en revue. Le Congrès s'avère très intéressant et je vais pouvoir retourner dans ma section locale et expliquer avec confiance où vont nos cotisations.

En regardant se dérouler le Congrès, bien des choses deviennent claires. Les membres peuvent exprimer leurs préoccupations au microphone, et poser leurs questions à Eduardo Almeida, notre trésorier.

Les questions posées sont toutes légitimes et je me dis que ces membres sont non seulement compétents, mais ils sont aussi bien informés.

Au travers de mes propres expériences limitées, je me dis que le membre moyen du SEFPO ne sait pas grand chose des besoins opérationnels et des normes auxquelles notre syndicat adhère.

Après avoir rencontré personnellement notre président Smokey Thomas et avoir eu le privilège d'assister à de brèves conversations qu'il a eues avec d'autres membres, je réalise que c'est un homme comme vous et moi. Son travail se trouve être le visage qui représente notre syndicat, et il est évident qu'il fait son travail du mieux qu'il peut.

Ayant assisté moi-même pour la première au Congrès, je n’hésite pas à encourager tous les membres à y assister s'ils le peuvent; ils y acquerront une meilleure compréhension du fonctionnement de notre syndicat et rentreront riches d'un message important pour leur propre section locale.

Résolutions

M5 – que le SEFPO établisse une conférence des francophones tous les deux ans — adopté

L7 – que le président du SEFPO et son effectif demandent au ministre des Finances qu'il adopte une loi qui fera de la « dépréciation des biens » quelque chose de récupérable par l'assurance automobile — adopté

O2 – que le SEFPO redouble ses efforts à tous les paliers du gouvernement pour assurer que les soins à domicile publics soient accessibles — adopté

Une pause bienvenue

Vendredi soir, les délégués ont eu l'occasion de se faire divertir par trois comédiens dans le cadre de la soirée de comédie annuelle du Congrès. Une pause vraiment bienvenue. Notre président Smokey Thomas, hôte de la soirée, a ouvert le spectacle. Ron Josol, notre premier artiste, a su faire rigoler son public dès les premières secondes de son spectacle. Au rythme des chansons de Kate Rigg, arrivée immédiatement après, nous nous sommes vraiment défoulés.

Le dernier comédien de la soirée était Dylan Mandisohn, l’homme au visage caoutchouc. Au moyen de grimaces de toutes sortes, Mandisohn a talentueusement transformé son visage pour chaque personnage qu'il représentait. Dans le dernier segment, deux de nos propres membres, peut-être des aspirants comédiens eux-mêmes, sont eux-mêmes entrés dans le spectacle. Nous remercions Barb et Bob pour leur bonne humeur et pour avoir été aussi accommodants.

Action politique régionale

Samedi, les participants au Congrès du SEFPO se sont répartis en groupes pour les réunions régionales afin d'élaborer une stratégie pour les prochaines élections. Dans l'intention ferme de vaincre Hudak, les régions ont proposé ce qui suit :

Région 1 : Les membres ont été encouragés à se porter bénévoles, même si ce n'est que pour quelques heures, pour aider les candidats locaux. Le simple pouvoir d'une réunion de section locale, de conversations pendant la pause-café, de participation aux activités « Arrêtons Hudak » et d'exploitation des médias sociaux ne peut être sous-estimé. Les membres étaient heureux d’apprendre que le SEFPO envisage de fournir régulièrement de l'information et des idées. Il est clair que nos membres sont en danger. Visite des candidats dans les sections locales — bénévolat — préparation d'une liste d'adresses électroniques.

Région 2 : Quelques idées­ – faire de brèves vidéos de ce que nous faisons, du comité d'action politique, bulletins, médias sociaux, organiser des débats et remplir les salles, théâtre de rue.

Région 3 : Fournir des ressources, de la bonne littérature, des questions pour les membres à poser aux délégués, des campagnes de courriels, des stratégies pour rejoindre les personnes qui ne votent pas, etc.

Région 4 : Les membres feront la promotion de la campagne régionale visant à vaincre Hudak. Les CEL sont encouragés à former un comité d'action politique pour encourager les membres à voter.

Région 5 : Section locale par section locale, la région engagera ses délégués syndicaux pour coordonner les mesures d'action sociale, babillards, dîners-causerie, distribution de littérature, ventes de crème glacée, barbecues, essai de nouvelles initiatives, distribution de dépliants, dans le cadre des réunions d'établissement des revendications, vidéos sur tablettes, « epic fail », chaînes téléphoniques.

Région 6 : Les membres se concentreront sur la promotion de la valeur des services publics, la vie au quotidien — approche pratique importante, activités politiques éducatives, annonces publicitaires mettant l'accent sur le slogan « Je suis le SEFPO et je… », t-shirts orange du SEFPO

Région 7 : Les membres examineront différentes tactiques, info dans le Globe and Mail, conseils du travail, mobilisations éclair, engager les jeunes, Twitter, pancartes de pelouse.

Le Congrès en chiffres – le 10 mai 2014

937 – délégués

496 – suppléants

203 – observateurs

7 – retraités

20 – MCE

46 – comités

20 – invités au nom de la solidarité

15 – invités

Total – 1 744 

Résolutions et amendements constitutionnels

0 – amendement constitutionnel 

3 – résolutions adoptées

7 – réunions du caucus régional d'action politique

4 329 – mentions « J'aime » sur le compte Facebook anglais du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario

5 – membres du Comité du magazine En Solidarité

1 – agent de liaison du magazine En Solidarité

1 – agent de liaison du conseil du magazine En Solidarité

4 – mises à jour quotidiennes du Congrès

175 – heures nécessaires à la préparation des mises à jour quotidiennes du Congrès