Skip to content
2014-10_fr_ops_bargaining_we_can_do_it_page_banner_c.jpg

Les travailleurs des Services correctionnels rejettent l’accord de principe

(TORONTO) – Les membres de l'unité de négociation des Services correctionnels de la Fonction publique de l'Ontario ont rejeté l'accord de principe conclu entre le SEFPO et le gouvernement de l'Ontario le 23 novembre.  Soixante-sept pour cent ont voté contre le contrat de trois ans.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, n'est pas surpris des résultats du vote. « Est-il étonnant que le personnel de correction soit furieux contre ce gouvernement ? Il y a une crise dans les Services correctionnels de cette province, et selon l’opinion des travailleurs de première ligne de Services correctionnels, l'offre du gouvernement ne contient rien qui leur permet de gérer cette crise.

La semaine dernière, les détenus se sont révoltés au Centre de détention du Sud de Toronto, mettant le feu et provoquant une inondation; cinq agents des Services correctionnels ont été envoyés à l'hôpital.  Lundi dernier, nous avons témoigné une émeute et une prise d'otages à la prison de Thunder Bay.

« Nos agents de probation et de libération conditionnelle ont la charge de travail la plus élevée au Canada; alors que les dépenses par délinquant se trouvent au bas de l'échelle. Les programmes de réhabilitation et de suivi à domicile ont pris le bord, et la récidive est en pleine progression.  Les armes létales sont introduites dans les bureaux de libération conditionnelle, mais le gouvernement refuse obstinément d'installer des détecteurs de métaux, mettant la vie des agents inutilement en danger.

« Ceci est un appel de réveil pour Kathleen Wynne, » a poursuivi Thomas.  « Son mépris total pour le système correctionnel signifie que chaque nouvelle journée de travail pour les membres des Services correctionnels est deux fois plus dangereuse que la précédente.  Il est grand temps que les libéraux regardent attentivement le service héroïque offert par ces membres qui accomplissent leurs tâches dans des conditions dangereuses.

Je demande au gouvernement de retourner à la table de négociation avec des propositions qui reconnaissent les compétences extraordinaires, l'engagement et le courage nécessaires des travailleurs des Services correctionnels qui défendent la sécurité publique de la population de l'Ontario. »

Thomas a remercié l'équipe syndicale de négociation d’avoir travaillé assidûment sur les négociations d'un contrat depuis plus d'un an.

« Notre équipe a négocié de bonne foi et elle a présenté aux membres ce que l'employeur était prêt à offrir, dans le contexte et au moment donné, » a déclaré Thomas.  « Nos membres ont simplement changé ce contexte d'une façon très dramatique. »

Le SEFPO représente environ 6 000 travailleurs de première ligne des Services correctionnels d’un bout à l’autre de la province.

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas
613-329-1931

Page d’accueil : Index de la négociation de la FPO

Connexe : Page d’index Services correctionnels en état de crise