Skip to content
news_press_releases_french.jpg

L’expansion du RPC est une bonne chose pour les travailleurs ontariens, nous dit Monsieur Thomas

Toronto – Le projet d’Ottawa d’expansion du Régime de pensions du Canada (RPC) est « la bonne chose à faire pour les travailleurs de l’Ontario », a déclaré le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario.

« À l’instar du reste du mouvement ouvrier canadien, notre syndicat a toujours appuyé l’expansion du RPC », déclarait aujourd’hui même Warren (Smokey) Thomas. « Le RPC est un moyen éprouvé pour assurer un revenu de retraite aux Canadiens et est un des régimes de retraite parmi les plus efficaces au monde. L’expansion du RPC permettra d'améliorer les pensions pour des millions de Canadiens, y compris des milliers de membres du SEFPO qui n’ont pas de régime de retraite au travail. »

Monsieur Thomas a ajouté que pour de nombreux membres du SEFPO qui travaillent dans les organismes de services aux personnes ayant une déficience intellectuelle, les refuges pour femmes, les foyers de soins de longue durée et d’autres milieux de travail similaires, le RPC est leur seul régime de retraite.

La majorité des membres du SEFPO cotisent à des régimes de retraite en fiducie mixte, tels que le Healthcare of Ontario Pension Plan (HOOPP), le Régime de retraite des CAAT, le Régime de retraite des employés municipaux de l'Ontario (OMERS) et la Fiducie de pension du SEFPO. L’expansion du CPP risque d’affecter ces régimes, a encore dit Monsieur Thomas.

« Il nous faudra travailler en vue d’intégrer l’expansion du RPC dans nos régimes de retraite privés », a-t-il ajouté. « Nous nous réjouissons à la perspective de travailler avec les responsables de tous les régimes afin d’assurer que les pensions de nos membres sont améliorées par ce récent changement. »

La fin du Régime de retraite de la province de l'Ontario permet au gouvernement Wynne de porter son attention sur les problèmes de retraite qu’ont ses propres employés, a souligné Monsieur Thomas. Le gouvernement envisage de commencer à demander aux membres de la Fiducie de pension du SEFPO de payer leurs prestations après-retraite.

« La pension annuelle moyenne d’un membre de la Fiducie de pension du SEFPO est inférieure à 21 000 $ », a-t-il encore dit. « Le gouvernement voudrait que nos membres paient 1 500 $ par année pour garder leurs prestations. Nos membres ne peuvent simplement se permettre ni de payer ni de perdre leurs prestations. »

« Les prestations de soins de santé font partie de la sécurité à la retraite », a déclaré Monsieur Thomas. « Nous continuerons de demander au gouvernement d’arrêter de s’en prendre aux prestations de retraite et de montrer le bon exemple à tous les employeurs. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931