Skip to content
lbed_opseu_french_banner.jpg

Filmer les vols d'alcool est dangereux et montre également les dangers de la privatisation de la vente d'alcool, dit le SEFPO

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto –  Le gouvernement de l’Ontario ignore toujours les avertissements qui se multiplient, mais il est plus que temps qu’il tienne compte des dangers qui se précisent, a déclaré Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO.

Le président Thomas a tenu à souligner les rapports des médias du Manitoba concernant des citoyens bien intentionnés qui ont pris des risques inutiles pour filmer les vols dans les magasins d’alcool.

« Ces vols et les dangers qu’ils font courir à des citoyens responsables sont un avertissement de plus », a indiqué le président Thomas. « Il y a bien trop de dangers, c’est évident. De combien de preuves supplémentaires le premier ministre a-t-il besoin pour comprendre qu’il doit appuyer sur les freins? »

Le président Thomas a également souligné le fait que tout cela arrive alors que le gouvernement a décidé d’interdire la publicité du vapotage dans les dépanneurs, ce qui, selon lui, nous montre que les petits commerces ne sont pas équipés pour vendre de l’alcool de manière sûre et responsable.

Au Manitoba, la police ajoute que les vidéos de particuliers qui ont filmé des criminels en action n’ont jamais permis de mener à des arrestations et que certains d’entre eux ont même été agressés ou se sont fait subtiliser leur téléphone intelligent en représailles. La police recommande au public de ne pas intervenir et de suivre les directives éprouvées des magasins exploités par le gouvernement et de la police.

« Imaginez un peu votre fils ou fille de 19 ans qui travaille dans un dépanneur qui vend de l’alcool au moment où un affrontement se produit entre un citoyen et un voleur.  Contrairement aux employés de la LCBO et la police, les employés des dépanneurs ne sont pas formés pour faire face à ces situations. La situation peut dégénérer en un instant. »

Le président Thomas est abasourdi par le fait que tous ces avertissements n’aient pas amené le gouvernement à revenir sur l’expansion de la privatisation de la vente d’alcool. Des cas semblables et alarmants au sujet du vapotage ont amené le gouvernement à interdire, la semaine dernière, la publicité des produits de vapotage dans les dépanneurs et stations-service afin de protéger les jeunes des dangers du vapotage. Cette décision a été prise à la suite de l’augmentation soudaine du nombre de problèmes de santé liés au vapotage.

Le président Thomas est également encouragé par des rapports de la fin de semaine selon lesquels faire marche arrière au sujet de la vente d’alcool dans le privé est toujours une possibilité. Samedi dernier, le Globe and Mail a rapporté que Paul Calandra, le leader parlementaire du gouvernement Ford, aurait dit aux journalistes que le projet de loi sur les ventes privées, qui abolirait le contrat de 10 ans avec The Beer Store, n’était pas sur la liste des priorités immédiates de la législature.

« C’est un autre signe positif », a conclu le président Thomas. « Il est temps de laisser tomber cette idée de privatisation et d’élaborer une législation qui aidera vraiment les Ontariens et Ontariennes. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613 329-1931