Skip to content
news_press_releases_french.jpg

L'hostilité des médecins alimente la violence faite aux grévistes dont deux sont envoyées à l'hôpital

Local 276 picket injury
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Owen Sound – Au moins une demi-douzaine de piqueteuses ont été heurtées par des véhicules devant le centre médical Family Health Organization d’Owen Sound, signalant une augmentation marquée de la violence résultant directement de l’hostilité des propriétaires à l’égard des travailleuses. 

« Des camions et des fourgonnettes traversent à toute allure la ligne de piquetage formée en grande partie de femmes exerçant leur droit constitutionnel d’améliorer leurs conditions de travail et la qualité des soins qu’elles fournissent », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO.

« Toute cette violence vient d’une seule chose, le dédain et le mépris des médecins millionnaires à qui appartient la clinique », a encore dit M. Thomas. « Je suis certain qu’ils interviendraient si ces femmes avaient reçu des coups de poing; pourquoi ne font-ils rien quand elles se font quasiment renverser par des véhicules? »

La police d’Owen Sound a dû être appelée à au moins sept reprises, après que des véhicules aient heurté des grévistes sur le piquet. Une des piqueteuses blessées est la secrétaire-trésorière de la Fédération du travail de l’Ontario, Patty Coates. Deux autres piqueteuses ont dû être envoyées à l’hôpital. Une de ces femmes, Tara Maszczakiewicz, membre du SEFPO, a le pied cassé. 

« La plupart des gens à qui nous parlons appuient la grève », a déclaré madame Maszczakiewicz. « Mais de plus en plus de gens semblent vouloir adopter le comportement misogyne et hostile démontré par les propriétaires. Ils crient, nous menacent, et un m’a carrément roulé sur le pied. »

« Mais je vous promets une chose, leurs actes de violence ne nous empêcheront pas de nous battre jusqu’à ce qu’ils fassent preuve de simple décence. »

Local 276 picket injury

« Ça me dégoûte de voir que les propriétaires ne font rien pour mettre fin à la violence ou même aider les victimes », a déclaré le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida. « Ces médecins ont prêté serment d’aider les gens blessés, alors pourquoi pas un seul d’entre eux n’est-il venu en aide aux personnes blessées? »

« Et qu’en est-il des gardes de sécurité sur lesquels ils dépensent une fortune? Pourquoi n’ont-ils pas appelé la police après toute cette violence? »

La violence ne s’arrête pas au piquet. Les grévistes sont aussi victimes de violence verbale et de plus en plus de menaces dans les forums des sites Web d’actualités et autres médias sociaux.

« Les médecins sont responsables de ce regain de violence et ils doivent y mettre fin », a ajouté M. Thomas. « Ils doivent sérieusement réexaminer leurs actions et retourner à la table avec une offre décente et respectueuse avant que d’autres personnes soient blessées. » 
 
Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931