Skip to content
ops_opseu_french_banner.jpg

Ne démantelez pas le POSPH : l'Ontario a besoin de services de soutien pour les personnes handicapées

Le Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (POSPH) est un programme du gouvernement provincial qui apporte une aide sociale aux personnes handicapées.

Les membres de l’OPSEU/SEFPO qui travaillent au POSPH apportent un soutien bienveillant et indispensable à ces personnes. Ils sont spécialement formés pour comprendre et procurer les services dont ont besoin les personnes handicapées.

Le gouvernement Ford veut modifier le POSPH – et pas pour le meilleur.

Le gouvernement a annoncé des modifications à l’aide sociale qui sont néfastes pour les bénéficiaires du POSPH, pour les employés du POSPH et pour l’Ontario.

Numériser et déshumaniser le processus de demande

Afin de réduire autant que possible le rôle des chargés de cas, le ministère envisage d’automatiser les processus de demande pour le POSPH, pour le programme Ontario au travail et pour les prestations spéciales (comme l’Allocation pour régime spécial). Supprimer le rôle que joue l’être humain pour évaluer les demandes et rendre les décisions se traduira par des refus erronés et forcera les personnes vulnérables à interjeter des procédures bureaucratiques et d’appel. Cela conduira également à des paiements indus que les bénéficiaires en détresse financière seront obligés de rembourser. À cause de la numérisation du processus des demandes, les personnes qui n’ont pas accès à l’équipement informatique et à un service Internet et de données seront confrontées à de nouveaux obstacles pour demander des prestations.

Les décisions qui touchent les bénéficiaires dont la situation financière est précaire devraient être prises par des êtres humains, et non pas par des algorithmes.

Forcer les bénéficiaires du POSPH à se rendre dans les bureaux du programme Ontario au travail

Le ministère a l’intention de transférer les dossiers du POSPH aux bureaux municipaux responsables du programme Ontario au travail. Cela signifie que les bénéficiaires du POSPH seront redirigés vers les chargés de cas des bureaux du programme Ontario au travail.

Le POSPH est fondamentalement différent du programme Ontario au travail en raison de ses modèles de prestation de services qui sont totalement dissemblables. Le POSPH est un programme à long terme qui tient compte du fait que certains bénéficiaires peuvent, dans une certaine mesure, travailler, que la plupart d’entre eux ne peuvent pas travailler à court terme et que nombre d’entre eux ne peuvent pas travailler à long terme. D’autre part, l’objectif du programme Ontario au travail est d’inciter tous ses bénéficiaires à retourner au travail et à sortir du système d’aide sociale dès que possible.

Avant d’être admissibles au POSPH, la plupart des bénéficiaires ont d’abord commencé par toucher les maigres prestations du programme Ontario au travail. Ils sont passés au travers d’un long processus d’examen pour prouver que leur handicap les rendait admissibles au POSPH. Ce serait extrêmement traumatisant pour les bénéficiaires du POSPH d’être de nouveau aux prises avec un modèle de prestation de services qui les forcerait à chercher du travail alors qu’ils ne peuvent pas travailler. Les bénéficiaires du POSPH ne devraient pas avoir à prouver continuellement pourquoi ils sont dans l’incapacité de travailler.

Parce qu’ils comprennent très bien ces situations, les préposés du POSPH sont les plus aptes à dispenser ces services aux bénéficiaires handicapés.

Transférer le POSPH à des municipalités à court d’argent

Dans les années 1990, les conservateurs de M. Harris ont transféré la plupart des programmes d’aide sociale de la FPO aux municipalités et ils les ont rebaptisé le « programme Ontario au travail ». Aujourd’hui c’est le gouvernement Ford qui a l’intention de transférer le POSPH aux municipalités.

Cela n’a aucun sens que des dizaines de gouvernements municipaux administrent un programme provincial d’aide sociale. Les gouvernements municipaux, qui varient considérablement en taille, n’ont pas tous les mêmes capacités pour administrer les programmes d’aide sociale. Aujourd’hui plus que jamais, notre province devrait centraliser les prestations de l’aide sociale et normaliser les services de sorte que tous les bénéficiaires d’aide sociale aient accès aux mêmes soutiens d’un bout à l’autre de la province. C’est la raison pour laquelle l’OPSEU/SEFPO a toujours préconisé la reprise en charge des programmes d’aide sociale, et non pas leur transfert. Nous n’avons nullement besoin de transférer un autre programme d’aide sociale à nos municipalités.

Le POSPH, qui est un programme du gouvernement de l’Ontario, devrait être financé par la province et doté et administré directement par le personnel de la fonction publique de l’Ontario.