Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Doug Ford, le « roi du népotisme » plonge dans les sondages, nous dit le président Thomas

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, affirme qu’il n’est pas surpris par les résultats du sondage publiés cette semaine, qui confirment la plongée dans les sondages de Doug Ford – le « roi du népotisme ».

« Le Parti progressiste-conservateur recueillait 50 pour cent d’approbation quand il n’avait pas de chef, 40 pour cent le jour des élections et 31 pour cent à compter d’aujourd’hui, selon le sondage effectué par Innovation Research Group », a déclaré le président Thomas. « À ce rythme, le taux d’approbation de Ford pourrait bientôt atteindre le niveau d’impopularité de Kathleen Wynne plus rapidement qu’elle a fini par l’atteindre elle-même. »

Le président Thomas a souligné le fait que nous avons déjà vu cela trop souvent dans l’histoire récente de l’Ontario – les politiciens font passer les intérêts des profiteurs avant ceux de la population et finissent par se brûler les doigts. Avec Ford, peu de choses ont changé.

« Le népotisme de Ford est pitoyable et sa prétendue image de marque conservatrice a déjà du plomb dans l’aile », a ajouté le président Thomas. « Seulement cinq mois se sont écoulés et “la population” ne peut déjà plus le voir en peinture et je ne les blâme pas. »

« Les Ontariennes et Ontariens voulaient du changement et ils ont été encouragés par cette équipe de ministres modérés qui paradaient durant la dernière semaine de campagne », a déclaré le président Thomas. «  Mais ils se retrouvent avec un téléprompteur populiste qui psalmodie des slogans ineptes, un cabinet composé de ministres impuissants et une équipe de députés d’arrière-ban léthargiques.  Il n’a pas fallu longtemps à Ford pour se montrer sous son vrai jour et il n’est pas étonnant que sa cote d’approbation soit déjà en chute libre. »

Le mois dernier, Ford a nommé son conseiller de campagne, Ian Todd, au poste de représentant de l’Ontario pour le commerce avec les États-Unis; un poste prestigieux avec un salaire confortable de 350 000 $ annuel – 75 000 $ de plus que son prédécesseur.

« Je ne connais pas beaucoup de petits gars qui reçoivent une telle augmentation de salaire », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, le premier vice-président/trésorier du SEFPO. « Aucune entrevue d’emploi, aucune obligation de rendre des comptes, aucun problème pour eux. C’est de cette manière que Ford concocte ses accords louches en coulisse et c’est de cette manière qu’il semble diriger son cirque à Queen’s Park. »

Selon le président Thomas, ce n’est pas le premier complot conservateur qui attise la colère des Ontariens.

« Durant ses 100 premiers jours, Ford s’est attaqué aux personnes les plus vulnérables, tout en confiant des postes haut-placés à ses amis et à un petit cercle d’élites », a déclaré le président Thomas. « Des amis tels que Ian Todd, qui fouine au fond de la mangeoire avec leur museau, ainsi qu’avec leurs deux sabots. Pour un premier ministre prétendument obsédé par les finances, il a manifestement trouvé le moyen de faire fonctionner la planche à billets quand ça l’arrange. »

« Mais nous ne le laisserons pas bazarder tout le secteur public au profit du secteur des affaires », a ajouté le président Thomas. « Au SEFPO, nous sommes fiers d’être des Ontariennes et Ontariens de première ligne. Nous sommes ouverts à la discussion, mais nous ne nous laisserons pas marcher dessus. Demandez seulement à d’anciens premiers ministres. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931