Jour de l'émancipation : 2022 marque une nouvelle façon d’aller de l'avant

OPSEU Coalition of Racialized Workers logo - SEFPO Coalition des travailleurs racialises logo
Facebook
Twitter
Email

En ce 1er août, le Canada célèbre le Jour de l’émancipation. Ce jour-là, en 1834, la Loi de 1833 sur l’abolition de l’esclavage est entrée en vigueur partout dans l’Empire britannique. Ce n’est que l’année dernière que le gouvernement fédéral a voté à l’unanimité pour désigner officiellement le 1er août comme le Jour de l’émancipation au Canada. Ce jour-là, il y a près de 200 ans, plus de 800 000 esclaves d’origine africaine ont retrouvé la liberté à travers les Caraïbes, l’Afrique, l’Amérique du Sud et le Canada.

Le 1er août, nous nous réunissons pour nous souvenir et sensibiliser tout le monde à la lutte en cours contre la discrimination et le racisme anti-Noirs. C’est l’occasion de réfléchir au passé, au présent et de tracer un chemin vers un avenir plus équitable.

En 2022, nous nous éloignons des célébrations traditionnelles du Jour de l’émancipation qui ne duraient qu’une journée puisque le mois d’août a été proclamé Mois de l’émancipation par des juridictions comme la ville de Toronto et la province de l’Ontario. Il s’agit de reconnaître, à juste titre, les progrès qui ont été accomplis, mais aussi le fait que la lutte continue pour garantir le respect, la promotion et la protection des droits de toutes les personnes noires.

Dernièrement, les membres de l’OPSEU/SEFPO ont participé aux célébrations locales du Jour de l’émancipation qui ont été organisées durant la fin de semaine dans leurs communautés respectives. Par exemple, nous avons assisté à la renaissance des festivités historiques et de longue date de l’Emancipation Jubilee dans les comtés de Windsor et d’Essex – une tradition qui remonte à plusieurs décennies. De plus, la Coalition des travailleurs racialisés (CoTR) a appuyé des événements et a collaboré avec divers intervenants de la province pour célébrer et commémorer le Jour de l’émancipation. La CoTR a également joué un rôle actif et important dans le retour du Carnaval et grand défilé caribéen 2022 de Toronto. Ces défilés, qui remontent à la fin du 18e siècle à Trinité-et-Tobago, étaient une forme de célébration de l’émancipation de l’esclavage. Cette année, l’esprit de camaraderie était encore plus fort étant donné l’impossibilité de se réunir à cause de la pandémie des deux dernières années.

Les effets résiduels de l’esclavage persistent et continuent à avoir des répercussions dans la société canadienne. Il s’agit sans aucun doute de l’une des causes profondes qui font que le racisme systémique anti-Noirs est enraciné dans nos institutions gouvernementales, nos lieux de travail, notre système de justice pénale et dans le mouvement syndical. En dépit de toutes les souffrances qu’elles ont endurées, les personnes noires sont de plus en plus nombreuses à se distinguer dans des domaines tels que le monde universitaire, la politique, le monde des affaires, les arts, la télévision et la médecine. Cependant, ces jalons ne signifient pas que notre travail est terminé. La communauté noire est déterminée à continuer la lutte pour la justice, l’égalité et la liberté, car c’est un combat qui ne peut être gagné du jour au lendemain. Tout au long de ce mois, nous rendons hommage aux artisans du changement qui travaillent sans relâche pour bâtir un monde exempt d’oppression à l’égard des personnes noires.

Non seulement on doit tenir cette conversation du 1er au 31 août, mais on doit surtout la poursuivre toute l’année pour éradiquer la haine anti-Noirs et le racisme systémique. Cette bataille ne prendra pas fin tant que tous nos membres noirs de l’OPSEU/SEFPO, leurs collègues, amis et familles ne seront pas libres de toute oppression.

En tant qu’alliés, nous devons être à leurs côtés pour dénoncer fermement les actes de haine et le racisme anti-Noirs qui continuent de croître – même si la communauté noire continue de faire preuve d’une grande résilience.

Le Jour et le Mois de l’émancipation sont l’occasion de consolider la force de la communauté noire, de montrer notre soutien et de s’engager à lutter contre toutes les formes de racisme anti-Noirs afin de pouvoir affronter et assumer le passé et le présent honteux et déplorables du Canada. Ce n’est qu’en comprenant notre passé que nous pourrons changer les choses et bâtir un avenir meilleur.

Solidairement,

JP Hornick, présidente de l’OPSEU/SEFPO
Laurie Nancekivell, première vice-présidente/trésorière de l’OPSEU/SEFPO
Peter Thompson, président de la Coalition des travailleurs racialisés de l’OPSEU/SEFPO