Skip to content
news_press_releases_french.jpg

La « privatisation intégrée » tue les soins à domicile

Toronto – La « privatisation intégrée » tue les soins à domicile, déclarait hier le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario devant un comité législatif.

Dans ses commentaires sur le projet de loi 41, la Loi de 2016 donnant la priorité aux patients, le SEFPO a déclaré que la législation proposée n’abordait pas la question de l’impartition des services de soins à domicile, laquelle contribue à faire passer les deniers publics dans les poches d’entreprises à but lucratif privées, au détriment des patients et des travailleurs.

« Le processus d’appel d’offres a joué un rôle majeur de catalyseur de la réduction des salaires et prestations des travailleurs du secteur des soins à domicile », a déclaré Lucy Morton, présidente du Conseil divisionnaire des soins de santé du SEFPO. « Dans un système miné par la privatisation, les travailleurs restent de plus en plus souvent pris avec des emplois précaires, mal payés et non protégés. Mais ces travailleurs forment le pivot du système des soins de santé, et la santé des patients dépend d’une main-d'œuvre en bonne santé. »

Le SEFPO demande l’élimination de l’impartition et l’instauration d’un système de soins à domicile à but non lucratif entièrement public. Les patients dépendent de ces services et devraient avoir le droit d’y accéder. Cette demande est conforme à la promesse du ministre de la Santé et des Soins de longue durée de protéger notre système de soins de santé public universel, a déclaré Madame Morton.

Dans sa présentation, Madame Morton a demandé au gouvernement d’amender le projet de loi 41 pour responsabiliser les Réseaux locaux d’intégration des services de santé (RLISS) face aux collectivités locales. Le projet de loi donne plus de pouvoir aux RLISS pour restructurer les soins de santé locaux, mais pas plus de responsabilité face aux personnes concernées, a-t-elle dit.

La situation est troublante pour les communautés rurales, lesquelles sont souvent exclues des conversations sur les besoins en matière de soins de santé axées sur les populations urbaines. Tandis que les consultations avec le public et les travailleurs sont cruciales à la planification du système de la santé, les RLISS ne sont pas vraiment tenus de consulter qui que ce soit. Le SEFPO demande que les conseils d’administration des RLISS soient démocratiquement élus et que l’on mette en œuvre des processus de consultation efficaces.

« Un système de la santé public, responsable et transparent accorde la priorité aux patients plutôt qu’aux profits », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO. « Le projet de loi 41 pourrait être l'occasion d'apporter un changement positif au sein du système des soins de santé, mais il reste encore beaucoup à faire pour renforcer la capacité de cette législation à vraiment accorder la priorité aux patients. »

Pour afficher la présentation du SEFPO, visitez :
https://sefpo.org/nouvelles/des-patients-en-bonne-sante-des-collectivites-saines

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931; Lucy Morton 905-317-9464