Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le SEFPO demande au ministre de l’Énergie de révéler le nom des principaux donateurs

fighting-privatization-fr-campaign-button-265x150.jpg
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario exige plus de transparence du ministre de l'Énergie de l’Ontario, Monsieur Bob Chiarelli.

« Tandis que le gouvernement s’apprête à vendre un autre 15 % des parts d’Hydro One, je demande au ministre Chiarelli de personnellement dévoiler le nom de tous les donateurs qui ont versé 1 000 $ ou plus pour assister à une activité de financement du parti libéral dans laquelle il a pris la vedette », a déclaré aujourd’hui Warren (Smokey) Thomas. « Étant donné que 80 pour cent des Ontariens s’opposent à la vente d’Hydro One et qu’il est responsable de cette vente, exposons donc tout au grand jour! »

« Il est évident qu’une grosse partie de l’argent recueilli par les libéraux depuis les dernières élections est tombée dans le coffre du ministre Chiarelli », a ajouté Monsieur Thomas. « Les Ontariens doivent être en mesure de juger par eux-mêmes si les activités de financement des libéraux jouent un rôle dans leur décision de privatiser. »

En décembre 2015, une activité de financement des libéraux promue par une des banques, ayant conduit à la liquidation d’Hydro One, demandait 7 500 $ aux financiers pour passer la soirée en compagnie du ministre Chiarelli et du ministre Charles Sousa, du ministère des Finances.  Dans le cadre d’une autre activité, en mars dernier, les acteurs de l’industrie de l’énergie ont déboursé 6 000 $ l’assiette pour souper et boire des cocktails avec le ministre Chiarelli et la première ministre Kathleen Wynne.

Toutefois, le problème, en Ontario, va bien au-delà de quelques soupers excessivement chers, nous dit Monsieur Thomas.

« Kathleen Wynne a raison de promettre la réforme du financement des partis politiques, mais ce dont nous avons vraiment besoin, c’est une enquête provinciale sur l’industrie de la privatisation dans cette province », a ajouté Monsieur Thomas. « J’en demande une depuis 2014, et je continuerai d’insister.

« Les libéraux reçoivent des millions de dollars, mais les banques, les patrons de la construction et les avocats d’entreprise qui rédigent les chèques s’accaparent des milliards de dollars du contribuable », a-t-il encore dit. « Il est temps de suivre la piste de l’argent. »

Pour plus d'information : Warren (Smokey) Thomas
613-329-1931