Améliorer l'inclusion à l’occasion de la Journée mondiale de l'audition

A child holds headphones
Facebook
Twitter
Email

Chaque 3 mars, les Nations Unies célèbrent la Journée mondiale de l’audition pour attirer l’attention sur l’une des clés d’une bonne communication et sur les moyens de protéger notre capacité à entendre – une personne sur cinq est atteinte d’une perte auditive.

Cette année, le thème de la Journée mondiale de l’audition est : « Pour entendre à vie, ménageons notre audition! ». Ce thème met l’accent sur les moyens de prévenir les déficiences auditives grâce à ce que l’on appelle une « écoute sans risque ». C’est-à-dire baisser le volume des écouteurs à un niveau sécuritaire, fermer les vitres du véhicule lorsqu’on conduit et protéger son audition durant les activités bruyantes telles que la tonte de la pelouse.

Nous devons également porter notre attention sur les personnes vivant avec une déficience auditive. Ceux qui n’y ont jamais été confrontés ne sont pas forcément conscients des barrières importantes qu’engendre une perte auditive durant la vie. La pandémie n’a fait que dresser d’autres barrières en raison du port des masques. Les personnes qui ont recours à la lecture sur les lèvres et les expressions du visage ne peuvent plus le faire; et à cause de la distanciation sociale, les voix sont encore plus difficiles à entendre.  La pandémie a également engendré un isolement social accru – un phénomène qui peut être plus fréquent chez les personnes vivant avec une perte auditive, même en temps normal.

La pandémie de COVID-19 a également accru les inégalités à l’égard des personnes malentendantes dans nos environnements sociaux et bâtis. Par exemple, l’accès aux soins de santé est devenu plus difficile, puisque toutes les plates-formes de télémédecine et les hôpitaux ne fournissent pas de services de traduction aux personnes vivant avec une déficience auditive.

La pandémie doit être l’occasion de mettre en place une infrastructure plus inclusive pour les personnes sourdes et malentendantes. À l’approche de la date limite de mise en œuvre de la Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario (LAPHO), le gouvernement doit faire en sorte d’éliminer tous les obstacles qui nuisent encore à l’accessibilité de ces personnes.

L’OPSEU/SEFPO s’évertue à faire en sorte que des traducteurs soient disponibles lors des événements syndicaux, à l’endroit et au moment où leur présence est demandée ou requise.

En attendant des politiques et législations gouvernementales plus exhaustives – à la fois pour protéger l’audition et pour élargir l’inclusion – nous marquons la Journée mondiale de l’audition en réfléchissant à notre responsabilité de veiller à ce qu’aucun membre de la société ne soit laissé pour compte.

Related News