Skip to content
organizing_opseu_french_banner.jpg

Un nouveau groupe de travailleuses et travailleurs de chez LifeLabs de la RGT adhèrent à l'OPSEU/SEFPO

OPSEU flag in front of LifeLabs building
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Leurs gestionnaires ont mis tout en oeuvre pour les arrêter, mais les 150 coursiers, employés de la salle de courrier et répartiteurs de chez LifeLabs de la région du Grand Toronto ont fait front ensemble et adhéré à l’OPSEU/SEFPO.

« Je suis réellement inspiré par ces nouveaux membres », a déclaré le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « C’est toujours très touchant de voir des travailleurs défendre leurs droits constitutionnels, surtout face à un employeur qui a recours à toutes les roublardises possibles pour leur barrer le chemin. »

« Mais ils n’ont pas courbé l’échine et nous non plus. Et voilà que nous sommes plus forts ensemble. »

Le dernier groupe d’employés de LifeLabs à se joindre à l’OPSEU/SEFPO travaillent sur le site de la société de laboratoire privée, chemin Ohio, à Richmond Hill. Le personnel avait initialement voté en faveur la syndicalisation il y a sept mois, mais au lieu d’accepter le dépouillement de leurs votes, la société avait contesté le scrutin auprès de la Commission des relations de travail de l’Ontario en raison d’un point de détail.

Une fois ce point de détail résolu, les travailleuses et travailleurs de LifeLab du chemin Ohio ont voté de nouveau et la majorité a dit oui à l’OPSEU/SEFPO. Ils se joignent à tous les autres coursiers, commis des salles de courrier et répartiteurs de Toronto et des villes environnantes qui sont déjà membres du syndicat.

« Je ne vois pas de meilleur moyen pour ces travailleuses et travailleurs de préparer la nouvelle année et toutes les autres années à venir », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO. « Cet employeur a montré qu’il est capable de traiter son personnel correctement en décidant de verser une prime de pandémie à l’ensemble de ses travailleurs et travailleuses – des primes sur lesquelles nous ne percevons pas de cotisations. »

« Mais il a également montré qu’il capable de traiter son personnel avec mépris et irrespect. En adhérant à notre grand syndicat, tous ces coursiers, employés de la salle de courrier et répartiteurs seront en position beaucoup plus forte pour exiger et obtenir le respect qu’ils méritent. »