Skip to content
organizing_opseu_french_banner.jpg

Encore plus de travailleuses et travailleurs de LifeLabs disent oui à l'OPSEU/SEFPO

OPSEU flag in front of LifeLabs building
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Un autre groupe de travailleuses et travailleurs de la société de laboratoire du secteur privé LifeLabs ont voté en faveur de leur adhésion à l’OPSEU/SEFPO, cette fois au LifeLabs Patient Service Centre de Timmins.

« Mes plus vives félicitations à vous toutes et tous et bienvenue dans notre grand syndicat », a déclaré le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Nous savons à quel point votre travail est important, surtout pendant cette pandémie. Et nous savons à quel point votre travail peut être frustrant et difficile lorsque vous avez l’impression de ne pas pouvoir parler d’une voix forte auprès de votre employeur. »

« Mais grâce aux 170 000 autres membres de l’OPSEU/SEFPO qui sont maintenant à vos côtés, vos gestionnaires écouteront quand vous parlerez. »

En votant presque à l’unanimité pour devenir membres de l’OPSEU/SEFPO, les travailleuses et travailleurs de Timmins LifeLabs se joignent au nombre croissant d’employés de LifeLabs dans les régions de Barrie et de Toronto qui ont également choisi l’OPSEU/SEFPO ces dernières années. Et la plupart des travailleurs de LifeLabs en Colombie-Britannique sont syndiqués au British Columbia Government and Service Employees Unione (BCGEU), qui est affilié à l’OPSEU/SEFPO.

« La santé et la sécurité sont une préoccupation majeure des travailleurs de laboratoire et du personnel chargé de la collecte dans les laboratoires du monde entier en ce moment », a déclaré Geoffrey Cain, le président du secteur de l’OPSEU/SEFPO dédié au personnel de laboratoire. « Être membre d’un syndicat aussi fort que l’OPSEU/SEFPO est essentiel pour s’assurer qu’un employeur tel que LifeLabs fait passer la sécurité du personnel et des clients avant sa marge de profit. »

Depuis que des travailleurs de LifeLabs ont commencé à adhérer à l’OPSEU/SEFPO, la direction de la société, qui est entièrement détenue par OMERS, le régime de retraite des employés syndiqués du secteur public de l’Ontario, a adopté un certain nombre de tactiques antisyndicales agressives pour intimider et empêcher les autres travailleurs d’exercer leurs droits constitutionnels. Ces tactiques comprenaient l’interdiction pour le personnel de se rendre aux toilettes en même temps, des promesses qui n’ont pas été tenues ou qui n’ont pas été tenues pendant longtemps, et la mise en place d’« équipes d’intervention » pour contrecarrer les efforts d’organisation.

Mais cela n’a pas empêché les travailleurs de signer des cartes d’adhésion à l’OPSEU/SEFPO et de promouvoir la syndicalisation. En plus du vote d’accréditation positif du personnel de LifeLabs à Timmins, on s’attend également à ce que les bulletins de vote du scrutin d’accréditation d’un autre groupe de travailleurs de la région de Brampton soient comptés bientôt.

«Il est choquant qu’une société, qui est détenue par le régime de retraite de travailleurs syndiqués, se batte bec et ongles pour empêcher ses propres employés de se syndiquer », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEPO/SEFPO. « Mais notre syndicat est aussi persistant qu’il est fort, et nous continuerons à nous battre pour faire en sorte que tous les travailleurs de LifeLabs qui souhaitent se joindre à nous puissent nous rejoindre. »