Skip to content
news_press_releases_french.jpg

L’évidence démontre que la politique de Doug Ford visant à offrir plus de commodité en matière d’alcool est dangereuse pour l'Ontario, selon le SEFPO

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré que la force de l’évidence montre que le prix à payer pour offrir plus de commodité en matière d’alcool est bien trop excessif pour les Ontariens.

Le président Thomas a souligné les conclusions d’une nouvelle étude qui montrent que le nombre de visites à l’urgence attribuables à la consommation d’alcool a augmenté de sept pour cent d’une année sur l’autre entre 2003 et 2016 en Ontario. L’étude, qui a été publiée lundi dans le Journal de l’Association médicale canadienne (JAMC), montre que c’est chez les femmes et les jeunes adultes qu’il y a eu la plus forte augmentation.

Le président Thomas a déclaré que la décision du gouvernement Ford visant à autoriser la vente d’alcool dans les dépanneurs ne fera qu’empirer les choses. « Le “C” de LCBO signifie “contrôle” et il y a des raisons à cela. On sait que l’alcool est un facteur de risque important pour la santé et la sécurité. Nos membres qui travaillent à la LCBO sont formés pour empêcher que l’alcool se retrouve entre les mains de personnes intoxiquées ou mineures. Je doute que le premier ministre veille à ce que les employés des dépanneurs reçoivent la même formation. »

Le personnel de la LCBO a contesté le droit d’acheter de l’alcool à près de 14 millions de clients et a refusé de servir plus de 255 000 d’entre eux durant l’année financière 2017/2018.

« Il est déjà assez déplorable que le gouvernement Ford brise le contrat avec The Beer Store et doive payer jusqu’à un milliard de dollars de pénalités – de l’argent qui pourrait être utilisé pour financer les soins de santé », a déclaré Smokey Thomas. « Non seulement il prive notre système de santé de l’argent dont il a besoin, mais il alourdit également le fardeau qui pèse sur les soins de santé en rendant l’alcool accessible à tout le monde. »

Le président Thomas a souligné le fait que le jour même de la publication de l’étude, la Chambre de commerce de l’Ontario a appelé à une distribution privée à grande échelle, afin de permettre la vente de bière, vin et spiritueux dans les magasins-entrepôts, les dépanneurs et les autres points de vente privés.

« C’est vraiment malavisé de promouvoir cette approche du Far West le jour où une étude met en évidence le fardeau supplémentaire qui pèse sur notre système de santé », a ajouté le président Thomas. « La Chambre se serait-elle laissée griser par sa nouvelle puissance et ses liens avec le bureau du premier ministre? »

Tout ce gouvernement a des liens étroits avec la Chambre. L’exemple le plus frappant est peut-être celui de la lobbyiste en matière d’alcool, Melissa Lantsman, qui a été nommée à la campagne pour la réélection de Doug Ford.

« C’est tout simplement stupéfiant de voir combien la corruption gangrène ce gouvernement », a déclaré le président Thomas. « Ils n’ont toujours rien appris. Peut-être que l’ancien chef de cabinet, Dean French, a juste fait les frais du scandale des nominations partisanes. »

Le président Thomas a déclaré que le premier ministre Ford et les grosses entreprises ne comprennent pas la notion de cause à effet.

« La médecine de couloir et l’accessibilité de l’alcool sont étroitement liées selon les experts en médecine », a conclu le président Thomas. « Écoutez les chercheurs en médecine plutôt que votre troupeau d’acolytes qui détroussent les contribuables et détruisent un système qui fait l’envie de nombreux pays. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931