Skip to content
opseu_in_the_news_fr.jpeg

Nous devons nous battre pour l'avenir des soins de santé publics

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, demande aux résidents d’Owen Sound d’appuyer les travailleurs de la clinique de santé familiale de leur communauté, qui luttent pour « l’avenir même des soins de santé publics ».

« Que vont encore faire les propriétaires pour augmenter leurs profits? », demandait M. Thomas dans le Owen Sound Hub. « Éliminer tous les membres du personnel de l’entretien et accrocher davantage de boîtes de désinfectant pour les mains contre le mur? Éliminer toutes les réceptionnistes et forcer les clients à s’enregistrer à l’aide d’une machine? »

« Grévistes, patients, médecins, vous êtes tous chez vous à Owen Sound. Ensemble, vous devez prendre soin des raisons pour lesquelles pour vivez dans ce bel endroit. »

Voici le texte intégral de la lettre ouverte :

Cela fait plus de deux mois qu’un certain nombre de travailleurs de la santé de première ligne sont en grève.

Tout a commencé avec une bagarre contre les maigres salaires et conditions de travail déplorables des travailleurs de la clinique de santé familiale d’Owen Sound.

Mais ces travailleurs courageux se battent désormais pour quelque chose de bien plus important. Ils se battent pour l’avenir même des soins de santé publics, et il est temps que les citoyens d’Owen Sound et les leaders de la communauté relèvent leurs manches.

S’ils ne prennent pas part à la lutte, la ville d’Owen Sound pourrait bien être connue comme l’endroit où le système de santé public a commencé à disparaître au Canada. L’endroit où nous avons autorisé les propriétaires d’une clinique motivés par les profits à nous faire dévaler un chemin vers un système à l’américaine où les gens finissent en faillite ou perdent la vie parce qu’ils n’arrivent plus à payer pour les soins dont ils ont besoin.

Le profit avant les patients. Quelle autre conclusion peut-on tirer du plan des propriétaires d’éliminer tous les postes d’infirmière de la clinique et de les remplacer avec des « coordonnateurs du cheminement des patients »??, moins bien payés, moins bien formés et qui font l’objet d’une surveillance moins stricte?

Que vont encore faire les propriétaires pour augmenter leurs profits? Éliminer tous les membres du personnel de l’entretien et accrocher davantage de boîtes de désinfectant pour les mains contre le mur? Éliminer toutes les réceptionnistes et forcer les clients à s’enregistrer à l’aide d’une machine?

Lundi dernier, la maire adjointe, Arlene Wright, a refusé de s’impliquer, disant que cela ne relevait pas de la « compétence » de la municipalité. Elle se trompe royalement. C’est un problème qui affecte chaque personne, chaque enfant et chaque famille à Owen Sound, en Ontario, et partout à travers le pays.

Il y a 60 ans, les Canadiens ont dû se battre pour un système de santé public, et ils se sont battus farouchement. Les médecins furent un des groupes contre lesquels nous avons dû lutter le plus durement. Ils ne voulaient pas perdre le contrôle de la forme et des prix des soins de santé, et ils ont résisté aux soins de santé publics avec toute l’énergie du désespoir!

Heureusement pour nous tous, nous avons gagné contre ces médecins avides de profits et le système de santé public fut établi pour tous les Canadiens, d’un océan à l’autre.

Toutefois, ces affamés de choux gras sont encore parmi nous. On les retrouve ici même, à Owen Sound, et ils dépensent une fortune sur des avocats et gardes de sécurité privés surpayés pour protéger leurs profits coûte que coûte.

Il n’est pas trop tard pour les arrêter et continuer de prendre soin les uns des autres grâce à notre système de santé public.

Grévistes, patients, médecins, vous êtes tous chez vous à Owen Sound. Ensemble, vous devez prendre soin des raisons pour lesquelles pour vivez dans ce bel endroit.

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario