Communiqués bannière

« Réparez et financez » le Réseau d'information pour la protection de l'enfance, demande le personnel de l'aide à l'enfance

Kitchener – Le personnel de première ligne des Services à la famille et à l’enfance de la région de Waterloo demande au ministre des Services à l’enfance et à la jeunesse (MSEJ) de « réparer et financer » un réseau informatique qui dérobe des heures de service direct aux enfants et à leurs familles.

« Le secteur de la protection de l'enfance a une longue histoire de problèmes en ce qui concerne la charge de travail et le financement des services, et ces problèmes affectent notre aptitude à travailler avec les enfants et leurs familles », a déclaré Steven Dick, président de la section locale 258 du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO). « Le Réseau d'information pour la protection de l'enfance (RIPE) n’est qu’un autre exemple d’un système qui ne fait que compliquer notre horaire. »

« Avec ce nouveau système, il nous faut plus de temps pour nous occuper de la paperasserie », a déclaré Steven. « Alors qu’il nous fallait autrefois 5 minutes, voilà qu’il nous en faut maintenant 15 à 20; à la longue, ça s’accumule. Nous passons plus de temps sur les tâches administratives et moins de temps à servir directement les enfants et leurs familles qui ont besoin de notre aide. »

« Nous soutenons un réseau provincial de partage de renseignements sur les familles », a-t-il ajouté. « En cette Journée nationale de l'enfant, nous demandons au ministre Michael Coteau de nous fournir les fonds nécessaires pour réparer le RIPE, de façon que les enfants vulnérables n’en fassent pas les frais. »

Les Services à la famille et à l’enfance de la région de Waterloo enregistrent aujourd’hui un déficit budgétaire de 2,3 millions de dollars, dont près de 2 millions directement liés au RIDE. Les organismes de toute la province ont des problèmes similaires; un système qui, à l’origine, devait coûter 122 millions de dollars nous coûte déjà 200 millions de dollars. Seules 20 des 48 sociétés d’aide à l'enfance de la province utilisent le système.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a averti le ministre Coteau de ne pas considérer les problèmes que cause le RIPE comme de simples problèmes techniques.

« Ce qui se passe avec le RIPE s’est déjà passé avec le système automatisé de gestion de l'aide sociale (SAGAS) et le système de paie Phénix du gouvernement fédéral », a-t-il encore dit. « Les problèmes informatiques comme celui-ci sont extrêmement difficiles à gérer, non seulement parce que les entrepreneurs privés nous arrivent avec des dépassements de coûts, mais aussi parce que les systèmes qu’ils installent compromettent le service même qu’ils sont censés améliorer. »

« Je recommande vivement au ministre Coteau de prendre l’affaire du RIPE très au sérieux », a-t-il ajouté. « Comme avec tout ce qui concerne la protection des enfants, les enjeux sont élevés. »

Pour plus d’information : Steven Dick, 519-502-8136