Société Canadienne du Sang

Le plasma à but lucratif est dangereux pour le système d'approvisionnement en sang canadien, fait remarquer Mme Hornick

Les entreprises privées à but lucratif n’ont pas leur place dans le système d’approvisionnement en sang canadien, écrit la présidente JP Hornick dans une lettre au PDG de la Société canadienne du sang co-signée par Geoff Cain, président du secteur SCS et diagnostic de l’OPSEU/SEFPO.

La Société canadienne du sang devrait accélérer l’expansion de son programme national de collecte du sang en augmentant ses effectifs et ses infrastructures au lieu de faire appel à des entreprises privées pour obtenir du plasma payé.

Lisez leur lettre au Dr Graham Sher ci-dessous :

Le 15 juillet 2022

Dr Graham Sher
Président-directeur général
Société canadienne du sang
1800, promenade Alta Vista
Ottawa (Ontario)  K1G 4J5

Cher Docteur,

En tant que Canadiennes et Canadiens qui dépendons d’un approvisionnement en sang sûr et dirigeantes et dirigeants de l’OPSEU/SEFPO, nous sommes alarmés par les rapports selon lesquels la Société canadienne du sang (SCS) serait en pourparlers secrets avec Grifols, une société de plasma privée, pour ajouter aux réserves de plasma payé dans notre système public de collecte du sang. La SCS s’est engagée par écrit à ne pas acheter de plasma de la société à but lucratif Canadian Plasma Resources (CPR), et cet engagement devrait s’appliquer à Grifols, ainsi qu’à toute autre entreprise privée de plasma.

La SCS devrait se concentrer sur l’expansion de son programme national de collecte du sang en augmentant ses effectifs et ses infrastructures au lieu de faire appel à des entreprises privées pour obtenir du plasma payé. La SCS a commencé à élargir ses programmes de collecte de sang mais le rythme de l’expansion doit être accéléré pour répondre aux besoins de notre système de collecte et de distribution du sang.

Cette année marque le 25e anniversaire du rapport de la Commission Krever de 1997 sur la tragédie tout à fait évitable du sang contaminé, survenue dans les années 1980. Les recommandations étaient claires :  Le système canadien de collecte et de distribution du sang devrait être autonome, le sang devrait être une ressource publique, les donneurs ne devraient pas être payés pour leur sang et l’accès aux produits sanguins devrait être universel et gratuit. Ces recommandations sont plus pertinentes que jamais, étant donné l’impact de la COVID-19 sur les chaînes d’approvisionnement et les donneurs. Les principales organisations de politiques sur le sang du monde entier, telles que l’OMS, l’Alliance européenne pour le sang et la Société internationale de transfusion sanguine, les réaffirment aujourd’hui encore.

L’Ontario a adopté la Loi de 2014 sur le don de sang volontaire parce que la province reconnaît l’importance de respecter les recommandations de la Commission Krever et d’assurer la sécurité du système d’approvisionnement en sang en gardant la collecte de plasma hors des griffes d’entreprises à but lucratif comme Grifols.

Au nom des travailleuses et travailleurs de la SCS et de tous les membres de l’OPSEU/SEFPO, nous vous demandons de mettre immédiatement fin à vos discussions avec Grifols, et avec toute autre société de collecte de sang à but lucratif, et d’accélérer l’expansion des opérations de collecte du sang de la SCS.

Nous vous prions d’agréer, Cher Docteur, l’expression de nos sentiments respectueux.

JP Hornick
Présidente

Geoff Cain
Membre du Conseil exécutif
Président, secteur SCS et diagnostic

c. : L’honorable Sylvia Jones, ministre de la Santé de l’Ontario
France Gélinas, députée, porte-parole du parti de l’opposition en matière de santé
Dr Brian Postl, président, Conseil d’administration, Société canadienne du sang
Ashley Haugh, adjointe administrative, Société canadienne du sang

Related News