Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Ford s’acoquine avec le milieu des affaires mais ne fera rien pour sauver les bons emplois de chez GM

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas in the Queen's Park media gallery.
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré que Doug Ford a ouvert l’Ontario aux affaires … pour bafouer les travailleurs et décimer leurs bons emplois.

Le haussement d’épaules de Doug Ford pour répondre à la fermeture complète de l’usine d’assemblage de General Motors à Oshawa, l’année prochaine, prouve une fois de plus qu’il n’a aucune idée comment gérer la province, a déclaré le président Thomas. Il se moque éperdument que plusieurs milliers de travailleurs perdent leur emploi.

« Le premier ministre s’est acoquiné avec le milieu des affaires et c’est de cette manière qu’on se comporte dans ce milieu. Chez eux, les profits passent toujours avant les gens », a déclaré le président Thomas. « Ford est incapable d’organiser un défilé avec deux chars, et à plus forte raison de diriger la province.  Nous avons besoin d’un chef de file qui se bat pour défendre les intérêts des travailleurs. »

GM est une société florissante qui affiche déjà des bénéfices de six milliards de dollars pour cette année, a indiqué le président Thomas.

« L’Ontario a répondu présent en 2009 quand GM avait besoin d’une bouée de sauvetage contenant plusieurs milliards de dollars d’argent des contribuables. Aujourd’hui GM tourne le dos à la population et Ford ne lève même pas le petit doigt pour tenter de les arrêter », a-t-il ajouté.

Voilà qui contraste avec le visage furieux du premier ministre qui promettait de tout faire il y a quelques mois – y compris d’avoir recours à la clause de dérogation – pour régler ses comptes avec le conseil municipal de Toronto, a déclaré le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida.

« On parle du tyran qui menaçait de contourner les droits constitutionnels afin de réduire la taille du conseil municipal et de donner une leçon à ceux qui l’avaient critiqué », a-t-il ajouté. « Mais quand GM lui annonce qu’ils ferment boutique et vont jeter des milliers de personnes à la rue, il se retourne en faisant une pirouette. Quelles sont ses priorités? »

Après la décision désastreuse d’abolir le Commissariat aux services en français et les scandales quotidiens concernant les abus de pouvoir qui ont semé une belle pagaille au sein du gouvernement conservateur, il est maintenant clair que l’incompétence de Doug Ford entraîne l’Ontario au fond du gouffre.

« Il ne peut pas diriger un parti et encore moins la province », a conclu le président Thomas. « Au moins, l’Ontario a des syndicats puissants qui s’unissent pour défendre de bons emplois, même si le premier ministre ne le fait pas. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931