Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Doug Ford met en péril la santé et la sécurité communautaires en récompensant ses partisans avec des points de vente d'alcool privés

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le premier ministre Doug Ford fait passer les partisans de son parti avant le peuple en doublant son plan irresponsable visant à accroître les ventes d’alcool, déclare le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. 

« C’est comme si l’époque du népotisme du temps de Dean French était un perpétuel recommencement avec Doug Ford », a déclaré le président Thomas. « Quand on regarde la liste des 85 collectivités qui vendront plus d’alcool grâce à de nouveaux comptoirs express de la LCBO, on peut voir que 68 d’entre eux sont situés dans des circonscriptions conservatrices. » 

« Ce n’est rien d’autre qu’une autre récompense des conservateurs à leurs partisans. Et qui va payer la facture et avoir la gueule de bois? Les Ontariens! » 

Smokey Thomas a indiqué qu’en dépit d’avoir « LCBO » dans leur nom, les nouveaux comptoirs express de la LCBO ne sont rien d’autres que des « magasins-agences de la LCBO » qui ont été rebaptisés. En d’autres mots, ce ne sont que des nouveaux détaillants d’alcool privés qui sont déguisés. 

« Pour vendre l’alcool de manière responsable et maximiser les bénéfices pour la population de l’Ontario, les vraies succursales de la LCBO ont fait leurs preuves et montré leur efficacité tout au long de leur histoire », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO. « Avec ces faux magasins de la LCBO, jusqu’à 10 pour cent des bénéfices disparaissent dans les poches des propriétaires. » 

« Puisque la première priorité de ces propriétaires est de faire des profits, peut-on vraiment leur faire confiance pour veiller à ce qu’ils ne vendent pas de l’alcool à des enfants ou à des personnes en état d’ébriété? » 

L’année dernière, une étude d’opinion publique réalisée par la firme Nik Nanos a montré que les Ontariens sont au moins 12 fois plus susceptibles de choisir une vraie succursale de la LCBO qu’un magasin privé pour garder l’alcool hors de la portée des mineurs. Elle a également montré que les Ontariens sont quatre fois plus susceptibles de choisir une vraie succursale de la LCBO pour générer davantage de revenus publics afin d’investir dans les soins de santé, les routes et les autres services publics. 

Le président Thomas a souligné le fait que son syndicat lutte contre l’expansion de la vente d’alcool avec sa campagne « Notre LCBO : gardons-la publique! » (www.keepitpublic.ca), qui encourage les gens à magasiner dans les vraies succursales de la LCBO et à demander à leurs députés d’abandonner ce projet de privatisation irresponsable. 

Le président Thomas a ajouté que le SEFPO lutte également contre cette expansion par l’entremise de la convention collective. 

« La convention collective que le SEFPO a conclue avec la LCBO est très claire : pour chaque nouveau magasin-agence, un magasin-agence existant doit être rapatrié, ce qui veut dire qu’il doit être strictement exploité par la LCBO et du personnel membre du SEFPO », a ajouté le président Thomas. « Nous avons l’intention de veiller à ce que la LCBO – et le premier ministre Ford – honore ce contrat. » 

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, 613-329-1931