Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le monde imaginaire de la Nation Ford n’a rien d’un conte de fées, selon le président Thomas

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Doug Ford et son compère Vic Fedeli ressemblent davantage au grand méchant loup de l’histoire des Trois petits cochons, menaçant de détruire la maison du peuple en soufflant dessus, qu’à Boucles d’Or, se plaignait vendredi le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas.

Monsieur Thomas ricane en songeant à l’approche soi-disant plus souple du ministre des Finances visant à équilibrer le budget, après que M. Fedeli ait refusé de donner quelque détail que ce soit sur son premier budget du mois prochain.

« Doug Ford et Vic Fedeli se sont trompés de conte de fées, ils sont tout à fait à côté de la plaque », a déclaré M. Thomas.  « Depuis que les frères « Déprime » sont au pouvoir, pour justifier les énormes réductions au niveau de la fonction publique et les initiatives de privatisation coûteuses, ils versent dans le sensationnalisme en tenant des propos alarmistes sur le déficit.

« Et tout ça, c’est sans compter que les trois ours ne reçoivent pas non plus leur bouillie », a ajouté M. Thomas. Monsieur Ford met tout dans l’auge de ses conservateurs goinfres. Monsieur Ford est le grand méchant loup qui détruit les soins de santé, le financement des services aux enfants autistes et l’ensemble des services publics en soufflant fort dessus.

À tout juste un mois du budget provincial, le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, dit qu’il est temps que le premier ministre sorte du monde imaginaire de la Nation Ford et regarde la réalité en face.

« Le caucus conservateur doit agir rapidement pour reprendre son parti », a déclaré M. Almeida. « Les membres du cabinet Ford ne sont que des personnages d’un conte de fées tordu, mais le reste de son caucus devrait lui tenir tête avant qu’il ne les entraîne, province y comprise, dans ce trou sombre. » 

« Nous sommes ici pour réécrire le drame Doug Ford et exiger une fin heureuse pour l’Ontario », a souligné M. Thomas. « Nous sommes ici pour exiger un budget provincial qui investisse dans les services publics qui construisent notre province et édifient ses gens. »

« La morale de l’histoire? », a demandé M. Thomas, « Il est temps que nos sombres dirigeants politiques écoutent le peuple, et s’ils croient vraiment être parfaits, alors nous les prions de sortir de chez nous. »  

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931