Communiqués bannière

La clause dérogatoire de M. Ford réduit au silence les héros de première ligne, selon l’OPSEU/SEFPO

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas at Queen's Park.
Facebook
Twitter
Email

 

Toronto – Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, dit que le plan du premier ministre Doug Ford visant à outrepasser une décision du tribunal sur la publicité électorale musèlera les héros de première ligne.

Le président Thomas est déçu que M. Ford ait rappelé l’Assemblée législative pour invoquer la clause dérogatoire, après qu’un juge de la Cour supérieure de l’Ontario eût annulé sa loi visant à limiter les dépenses des tierces parties en doublant la période de dépenses restreintes avant une élection à 12 mois. Cette loi limiterait les dépenses des groupes et organisations pour toutes les publicités portant sur des questions provinciales, y compris les campagnes d’information publique.

« Il s’agit d’une violation manifeste des droits des Ontariennes et Ontariens qui sont protégés par la Charte, a déclaré le président Thomas. « Après tout ce que les travailleurs et travailleuses de première ligne ont dû traverser pendant cette crise, il serait temps de les écouter, et non de limiter leur capacité à partager ce qu’ils ont appris, et de faire en sorte que leurs syndicats puissent prôner les changements dont l’Ontario a besoin.

« En étouffant la capacité des syndicats à parler, on étouffe les travailleurs de première ligne », a ajouté Smokey Thomas.

Le premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a déclaré que ce contournement des tribunaux arrive au pire moment possible pour les Ontariennes et Ontariens qui sont aux prises depuis plus d’un an avec la crise de la COVID-19.

« Les héroïnes et héros de première ligne, comme celles et ceux qui sont représentés par l’OPSEU/SEFPO, ont mis leur santé et leur vie en jeu tout au long de cette crise », a déclaré Eddy Almeida. « Ils ont appris des choses de leur expérience et ils ont des choses à dire publiquement. Ce gouvernement doit faire marche arrière et commencer à écouter. »

« Dans l’intérêt de notre province et de sa population, il est temps de travailler ensemble, et non de réduire au silence nos héros de première ligne », a ajouté Smokey Thomas. « Et ce n’est jamais trop tard. Doug Ford peut encore sauver la face en faisant marche arrière et en s’asseyant à la même table que les travailleuses et travailleurs de première ligne et leurs syndicats. Nous pouvons aider, mais le premier ministre doit s’abstenir d’avoir recours à la clause dérogatoire C’est injustifié et mal avisé. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931
OPSEUCommunications@opseu.org