Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le gouvernement opaque de Doug Ford dilapide à nouveau l’argent des contribuables, selon le président Thomas

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas speaking into a microphone in front of an Ontario flag.
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le gouvernement Ford continue sa croisade dans les tribunaux pour empêcher la publication des lettres de mandat des ministres. Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré que c’est parce qu’il est embarrassé par leur contenu ou parce qu’il veut empêcher que les détails de son sinistre programme politique soient révélés au grand jour à l’aube de la prochaine élection fédérale.  

« Ce premier ministre ne sait plus ce que veulent dire les mots “transparence et reddition de comptes” », a déclaré le président Thomas. « Il semble qu’il ait encore l’intention de gaspiller l’argent précieux des contribuables en faisant appel aux tribunaux pour préserver sa culture du secret gouvernemental et arriver à ses fins. »

Le président Thomas a souligné le fait que cette culture du secret est la norme au bureau du premier ministre : son programme quotidien est tenu secret, au même titre que les heures et lieux de réunions du cabinet; il a en outre été très critiqué pour avoir nommé discrètement nombre de ses copains à des postes gouvernementaux. 

Le commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de l’Ontario a révélé que le gouvernement Ford a l’intention de poursuivre son bureau devant les tribunaux pour empêcher la publication des lettres de mandat que Doug Ford a envoyées à ses ministres du cabinet, alors que le commissaire avait précédemment ordonné leur publication.

« Le commissaire a raison, les Ontariens ont le droit de connaître les priorités du gouvernement en matière de politiques », a déclaré pour sa part le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida. « C’est la seule façon de les contrôler et après une année de bourdes, cette culture du secret ne fait que saper la crédibilité du gouvernement Ford. »

« Les conservateurs ont passé leur première année au pouvoir à défaire les politiques du gouvernement Wynne et ils consacrent désormais leur deuxième année à essayer de corriger toutes les erreurs qu’ils ont commises la première année », a ajouté Eddy Almeida. « Il est clair qu’ils n’avaient aucune idée de ce qu’ils faisaient. Peut-être que Dean French le sait, puisqu’il organisait les réunions du cabinet. »

« Nous avons déjà eu un aperçu du programme de compressions et de privatisation de Doug Ford », a ajouté Smokey Thomas. « Le premier ministre Ford a semé le chaos et la confusion, annulant, défaisant et détruisant à tour de bras. Tout cela nous montre que son bureau manquait sérieusement d’expérience et de maturité. »

Le président Thomas, qui a également souligné le fait que tous les autres premiers ministres du pays – y compris l’ancien gouvernement libéral de l’Ontario – avaient rendu publiques leurs lettres de mandat, a exhorté Doug Ford « à respecter la tradition et les normes démocratiques. »

« Il est plus que temps que des adultes prennent le contrôle de la cour de récréation de Doug Ford à Queen’s Park », a conclu le président Thomas. « Mais son gouvernement a déjà causé des dommages importants à la province d’Ontario et à l’image de marque conservatrice. Le temps des palabres est passé et il est temps que Doug Ford mette la transparence et la reddition de compte au centre de sa politique. Il est temps de publier les lettres de mandat. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931