Skip to content
news_announcements_french.jpg

Les compressions dans les services en français lézardent le caucus conservateur

Comité provincial des francophones
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré que le Parti progressiste-conservateur commence à se fissurer après les critiques d’une députée progressiste-conservatrice et francophone d’arrière-ban, cette semaine, à l’égard de son propre parti et chef Doug Ford.

Cette dénonciation s’inscrit dans le sillage de la décision du gouvernement d’abandonner le projet de l’Université de l’Ontario français et d’abolir le Commissariat aux services en français.

« On dirait que le gouvernement Ford s’enraye au moindre grain de sable », a déclaré le président Thomas. « Les intempéries ont lézardé le gouvernement et déjà produit des fissures béantes. Nous savions déjà qu’il n’écoute pas la population et cela nous prouve qu’il n’écoute même pas les membres de son groupe parlementaire. »

« Avec Dean French qui tire les ficelles à Queen’s Park, ce n’est pas étonnant que Ford n’appuie pas la bonne cause », a déclaré le président Thomas. « Ces gars-là n’ont que faire des droits des minorités ou de la population; ce qui compte pour eux, c’est le bénéfice net. Une autre promesse faite, une autre promesse violée. »

Les Franco-Ontariens sont les derniers de la liste toujours plus longue de groupes à avoir été attaqués par Ford et ses acolytes, a indiqué Hervé Cavanagh, le président du Comité des francophones du SEFPO.

« Les francophones ne sont pas le premier groupe sur la liste noire du Ford », a déclaré Hervé Cavanagh. « Il suffit de regarder son bilan : l’abolition du Bureau de l’intervenant provincial en faveur des enfants, l’abandon du comité d’experts voué à contrer la violence à l’égard des femmes, les attaques envers l’identité de genre, le programme d’éducation sexuelle, les normes du travail et le POSPH. Tout cela fait partie d’un plan plus vaste visant à accorder d’importantes réductions d’impôts à ses amis sur le dos des minorités et des personnes les plus vulnérables de notre province. »

« Il estime que c’est plus facile de s’en prendre aux personnes qui n’ont pas les moyens de se défendre », a ajouté Hervé Cavanagh. « Mais s’attaquer aux droits des personnes au nom de la responsabilité financière est tordu et dangereux. Pendant que ce gouvernement essaie de nous faire croire que les droits des francophones ne sont pas très importants, Caroline Mulroney, la ministre responsable des Affaires francophones, est aux abonnés absents. À mon avis, Ford aurait dû commencer son slogan par “Contre la … ” au lieu de “Pour la …” ». 

Le président Thomas a contesté les arguments du gouvernement, qui souligne le fait qu’il a des contraintes budgétaires, en mettant en lumière les propres chiffres du gouvernement. La semaine dernière, les progressistes-conservateurs ont profité de l’exposé économique d’automne pour se vanter d’avoir déjà réussi à faire des économies de 3,2 milliards dans les dépenses et à réduire le déficit de seulement un demi-milliard.

« On n’a pas besoin d’être un génie en math pour faire les calculs », a déclaré le président Thomas. « Ford et ses acolytes distribuent 2,7 milliards de dollars en réductions fiscales en nous rabâchant sans cesse la responsabilité financière. Il ne s’agit pas d’économies pour la population, mais d’énormes cadeaux en espèces pour les plus riches au détriment des plus modestes. L’abandon du projet de l’Université de l’Ontario français n’est qu’un autre exemple de cette troublante réalité. »

« Je ne crois pas que distribuer des milliards aide la contrainte budgétaire », a ajouté le président Thomas. « Il ne s’agit pas de dépenses, mais bien de priorités, et la priorité de Ford est de subventionner les riches au détriment du plus grand nombre d’entre nous. C’est pourquoi nous devons nous unir. Ils essaient de nous diviser pour mieux régner; de s’attaquer à nous groupe par groupe. Mais ils n’ont fait que réveiller la solidarité qui nous rassemble. En moins de six mois, la marée a déjà commencé à déferler sur ce gouvernement. Nous sommes là pour lui donner encore plus de force, pour combattre le feu avec le feu, pour la population. »