Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le gouvernement oblige le SEFPO de s'orienter vers une grève

TORONTO – Le syndicat qui représente 35 000 employés de première ligne qui travaillent directement pour le gouvernement de l'Ontario a annoncé aujourd'hui que les représentants de négociation du gouvernement de l'Ontario ont franchi un pas important qui risque d’obliger les membres du SEFPO de faire la grève.

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, a dit qu'au lieu d'essayer de négocier un contrat équitable avec ses employés, le gouvernement a entamé le processus de négociation des services essentiels et d'urgence, qui par la loi doit être accompli avant une grève ou un lock-out.

« Nos équipes ont clairement indiqué à la table de négociation que nous n’accepterons pas les concessions contractuelles massives que l'employeur exige, » a déclaré Thomas.

« Cependant, nous avons aussi clairement indiqué que nous sommes là pour négocier un accord, pas une grève.  Le gouvernement a complètement ignoré notre position, et a commencé le processus qui finira par une interruption de travail dans toute la province. »

La négociation des services essentiels ne s’applique qu’à la catégorie des employés qui ne font pas partie des services correctionnels.  L'équipe de négociation des Services correctionnels négocie toujours leurs revendications contractuelles avec l'employeur en ce moment.

Thomas accuse le gouvernement Wynne des tactiques d'intimidation à la table de négociation pour cacher le fait que son gouvernement a gaspillé des milliards de dollars pour les entreprises et entrepreneurs privés.

« Wynne veut que la population de l'Ontario croire qu'elle est difficile mais responsable en réduisant les emplois, les salaires et les avantages du secteur public afin d'économiser l'argent des contribuables, » a continué Thomas.  « En réalité, selon la vérificatrice générale de l’Ontario, l’argent que le gouvernement a dépensé sur les tentatives de privatisation est presque cent fois plus que les dépenses relatives à un contrat de travail  raisonnable à conclure avec tous les membres de la FPO.  Nos membres offrent de meilleurs services qui sont moins cher et plus équitables que le secteur privé.  Il est temps que le gouvernement Wynne admet ses erreurs et traite les professionnels dévoués qui fournissent des services publics essentiels avec respect et équité. »

La convention collective actuelle pour tous les employés de la FPO a expiré le 31 décembre 2014.

– 30 –