Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le gouvernement ignore la crise dans les services correctionnels communautaires

Toronto – Le gouvernement de l'Ontario continue de nier l’existence d’une crise dans les services correctionnels communautaires, sans se soucier du bien-être et de la sécurité des agents de probation et de libération conditionnelle, des détenus et des communautés.

C'est un avertissement pressant de quelque 900 agents de probation et de libération conditionnelle aux prises avec le nombre le plus élevé de dossiers par agent au pays, selon la vérificatrice générale de l’Ontario, Bonnie Lysyk. Madame Lysyk a également souligné que l’Ontario est en avant-dernière position en ce qui concerne les dépenses consacrées aux services correctionnels communautaires.

Le représentant des agents de probation et de libération conditionnelle du SEFPO, Scott McIntyre, a dit qu’il était essentiel que le gouvernement reconnaisse l'existence de la crise et prenne des mesures immédiates pour y remédier.

« La charge de travail a déjà fait beaucoup de dégâts parmi les agents, et elle a atteint un point critique », a-t-il déclaré. « Peu de gens réalisent qu’il y a beaucoup plus de délinquants dans la communauté que dans les établissements. »

« Ça ne peut pas continuer ainsi; on doit penser à la santé des agents, à la réinsertion sociale des détenus ou à la sécurité de nos communautés, ou à tous les trois. Je suis très inquiet. »

« Nous sommes devenus des fournisseurs de services multiples », a déclaré Danielle Du Sablon, agente de probation et de libération conditionnelle. « Nous sommes à la fois cliniciens, psychologues victimologues, agents de programmes et travailleurs en santé mentale. Nous portons beaucoup trop de chapeaux, et nous sommes épuisés. »

« Nous avons besoin que le gouvernement vienne à la table et montre qu’il veut vraiment trouver des solutions. »

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, a fait écho aux préoccupations de Monsieur McIntyre et de Madame Du Sablon. « Ce gouvernement scie la branche sur laquelle il est assis », a-t-il dit. « Il faut être incroyablement irresponsable et vouloir courir à l’échec pour traiter d’un problème en prétendant qu’il n’existe pas.

« Les libéraux doivent écouter le personnel aux premières lignes, reconnaître qu’une crise existe et embaucher du personnel supplémentaire pour y faire face. En restant figé sur l’austérité, ils vont tout droit à la catastrophe.

Pour plus d’information : Scott R. McIntyre, 705-477-1931

Connexe : Services correctionnels en crise – Page index