Après l’intervention du syndicat pour cause de resquillage, une directrice d'hôpital « prend sa retraite »

Toronto – Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré qu’une directrice d’hôpital qui avait sauté la file d’attente des vaccins contre la COVID-19 a pris sa retraite volontairement, après l’intervention du syndicat. Toutefois, selon lui, la réponse de l’hôpital est trop bienveillante pour une telle entorse au protocole.

« Elle devait s’en aller », a déclaré M. Thomas. « Mais les dirigeants de l’hôpital doivent prendre cela plus au sérieux. Lorsqu’un membre de la direction commet une telle infraction au protocole, puis s’en va avec une offre de retraite, on n’envoie pas un message suffisamment ferme aux autres gestionnaires qui pourraient décider d’exercer leur option de retraite ou de départ volontaire. Les personnes mêmes qu’elle a dépassées dans la file d’attente sont les mêmes contribuables qui paient pour son indemnité de départ. »

Après avoir raconté qu’une gestionnaire du Centre de santé Headwaters d’Orangeville avait poussé un membre de sa propre famille en tête de la file d’attente pour recevoir le vaccin contre la COVID-19, en avant du personnel prioritaire de première ligne, Kim Delahunt, présidente-directrice générale de l’hôpital, avait envoyé une note de service au personnel pour l’avertir que la directrice avait décidé de prendre sa retraite.

Dans sa note de service, Mme Delahunt peint une image sympathique de la directrice, celle d’une personne influencée par un sens du devoir envers sa famille. Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a dit que ça ne suffisait pas.

« Le succès de la campagne de distribution du vaccin en Ontario repose sur l’équité et la confiance », a déclaré M. Almeida. « Nous voulons tous faire en sorte que les membres de notre famille et nous-mêmes soyons en sécurité et en bonne santé, mais pas au détriment de la vie d’autrui – c’est profondément immoral. »

« En tant que responsable dans le milieu de la santé, elle aurait dû le savoir », a encore dit M. Almeida. « On attendait beaucoup plus d’elle, et des attentes plus élevées s’accompagnent de conséquences plus lourdes. La retraite est une récompense, pas une punition et cette approche envoie le mauvais message au personnel hospitalier et au public qui surveillent tout ça de près et qui sont horrifiés par ce qu’ils voient. »

« Nous sommes heureux d’avoir jeté un peu de lumière sur ce scandale », a déclaré M. Thomas. « Mais si nos hôpitaux doivent être l’épicentre de la distribution des vaccins, ils doivent être dignes de confiance. Si on ne peut leur faire confiance pour gérer ces situations avec sérieux, le public doit savoir que la province interviendra rapidement. »

« Il doit y avoir des conséquences claires pour les briseurs de règles », a encore dit M. Thomas. « Un message plus clair doit être envoyé. Un exemple doit être établi.  Ici même. Maintenant. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931

OPSEUCommunications@opseu.org.