Skip to content
news_opseu_french_banner.jpg

Les professionnels hospitaliers nous avertissent : les compressions dévastatrices dans les hôpitaux d'Ottawa et de la région conduisent à la privatisation et à la détérioration des soins

OTTAWA (ONTARIO) – Le syndicat représentant les professionnels des soins de santé nous informe que les compressions budgétaires draconiennes au niveau des services hospitaliers à Ottawa et dans la région entraînent gentiment la privatisation et la dégradation des soins de santé. Selon le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario, les réductions en dollars réels apportées aux fonds qu'alloue le gouvernement provincial dans cette région entraînent des coupes énormes au niveau des soins aux personnes âgées et des soins palliatifs, des services aux enfants et des diagnostics et traitements, Les professionnels de la santé nous avertissent que ces coupures entraîneront des délais au niveau des diagnostics et des traitements, qui entraîneront à leur tour privatisations et soins de santé à deux paliers.

« Les coupures nous accablent et affectent chaque aspect des soins de santé dans la ville », nous dit Marlene Rivier, une infirmière psychiatrique, présidente de la section locale 479 du SEFPO, à l'Hôpital Royal d'Ottawa, et présidente de la Coalition de la santé d'Ottawa. « Les hôpitaux d'Ottawa fonctionnent déjà à des niveaux dangereux de surpopulation et les soins à domicile sont en situation de crise constante. Nous en sommes à nous demander qui jeter par-dessus bord. »

« Les déboires des professionnels hospitaliers en Ontario ne sont dus à rien d'autre qu'à la privatisation systématique des services », a déclaré Sara Labelle, présidente de la Division des professionnels hospitaliers du SEFPO. « Les coupures dans les hôpitaux reviennent à retirer la couverture du régime d'assurance-maladie provincial. »

Avec les services de physiothérapie qui disparaissent des hôpitaux d'Ottawa, ceux qui ont assez d'argent pourront se procurer des soins immédiats dans les cliniques privées, et les autres seront forcés d'attendre des semaines ou des mois pour se faire soigner.

« Le gouvernement Wynne n'a pas le mandat de privatiser nos hôpitaux », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO. « Nos hôpitaux ne peuvent survivre à d'autres coupures et les coupures précédentes doivent être renversées. Le gouvernement libéral doit ramener l'égalité dans le secteur des soins de santé. »

Coupures dans la région d'Ottawa :

Depuis janvier de cette année, près de 200 emplois à temps plein de première ligne ont été supprimés dans les hôpitaux d'Ottawa, résultant en une perte de plus de 340 000 heures de soins et de soutien aux patients. En 2013-2014, 100 postes à temps plein de professionnels des soins de santé ont été supprimés à l'Hôpital d'Ottawa. Juste la semaine dernière, 32 autres postes à temps plein de professionnels des soins de santé ont été supprimés à l'Hôpital d'Ottawa. On a fait des coupures partout à travers l'hôpital, notamment le Service d'obstétrique/médecine fœto-maternelle, Gynécologie, Oncologie, Clinique de ménopause, Clinique d'allaitement, Clinique médicale, Urogynécologie, Unité des soins intensifs néonatals, Suite obstétrique, Hémodialyse, Soins chirurgicaux de jour, Physiothérapie, Nutrition, Travail social et Services de soutien.  Au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, l'Unité des soins intensifs néonatals, les facilitateurs de soins dispensés aux patients, les Soins ambulatoires et les Services périopératoires s'attendent à des coupures eux aussi. Partout à travers l'Hôpital Royal d'Ottawa on supprime des postes d'infirmières et de préposés aux services de soutien à la personne.

– 30 –

Pour plus d'information : Sara Labelle, présidente, Division des professionnels hospitaliers du SEFPO, 905-914-4037 (cellulaire).