Skip to content
news_opseu_french_banner.jpg

Le projet de privatisation de la LCBO de Hudak pourrait détruire 10 000 emplois

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Avec son plan de privatisation de la Régie des alcools de l’Ontario (LCBO), Tim Hudak pourrait détruire 10 000 emplois d’un bout à l’autre de la province, a déclaré le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario.

Et les femmes, qui représentent la majorité des employés de la LCBO, risquent d’être le plus durement frappées par ces pertes d’emplois qui affecteraient des douzaines de communautés aux quatre coins de l’Ontario.

« Combien de fois vont-ils nous remettre sur la table cette idée dépassée de vendre la très profitable LCBO? », a demandé Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, qui représente 7 000 employés à temps plein et partiel de la LCBO. Un nombre qui approche les 10 000 si on inclut la période des Fêtes et la saison estivale où la demande en personnel augmente.

« Mike Harris a essayé et il a fait marche arrière. Dalton McGuinty a essayé et il a fait marche arrière. Pourquoi ont-ils tous les deux renoncé à privatiser la LCBO? Parce que la population de l’Ontario a répété à maintes reprises au gouvernement que la LCBO devait rester publique », a déclaré Thomas.

Au cours du dernier exercice financier, l’organisme de la Couronne a engendré des revenus de près de 5 milliards de dollars et rapporté plus de 1,6 milliard de dollars en dividendes au gouvernement de l’Ontario – plus de 2 milliards de dollars taxes comprises – pour financer les soins de santé, l’éducation et les infrastructures.

Thomas a fait remarquer que Hudak ne mentionne nulle part dans sa déclaration le rôle que joue la LCBO pour protéger la santé et la sécurité des Ontariens grâce à sa politique de responsabilité sociale qui vise à prévenir la vente d’alcool, de vin ou de bière aux mineurs, aux clients en état d’ébriété, et aux clients qui achètent de l’alcool pour une personne qui n’a pas le droit d’en acheter. L’an dernier, les employés de la LCBO ont contrôlé l'identité de 1,2 million de clients en vertu du programme de responsabilité sociale.

« Tim Hudak croise les doigts et se voile la face en espérant que les revendeurs privés feront preuve de la même responsabilité sociale que la LCBO », a déclaré Thomas. « L’expérience vécue par d’autres juridictions, comme l’Alberta, va certainement dans l’autre direction. Quand le profit entre en jeu, les revendeurs privés préfèrent vendre que de protéger la santé et la sécurité de leurs communautés. »

Denise Davis, présidente de la Division des employés de la régie des alcools du SEFPO, a déclaré que la majorité des employés de la LCBO étaient des femmes, dont un grand nombre d’entre elles occupent un ou d’autres emplois en plus de celui à la LCBO. Elles seront durement frappées par le plan de Hudak qui supprimera des milliers d’emplois dans les villages et villes d’un bout à l’autre de l’Ontario.

« Plus de 60 pour cent des employés de la LCBO sont des femmes qui travaillent à temps partiel. Un grand nombre d’entre elles sont chanceuses quand elles ont 10 ou 15 heures de travail temporaire par semaine à la succursale locale », a indiqué Davis. Dans de nombreux cas, elles sont la seule source de revenus de leur famille. Pourquoi Tim Hudak veut-il détruire des emplois qui contribuent à bâtir des communautés fortes? »

Elle a ajouté que le plan de Tim Hudak menace également de détruire de bons emplois dans l’industrie vinicole de sa propre circonscription, située dans la péninsule du Niagara.

« Quelqu’un est-il assez naïf pour croire que les revendeurs privés proposeront de nombreux vins ontariens, produits à partir de raisins de l’Ontario? », a-t-elle demandé. Ils s’approvisionneront avec les vins étrangers les plus populaires et affaibliront de façon spectaculaire l’industrie vinicole de l’Ontario. »

Thomas a déclaré que les employés de la Régie des alcools ont combattu avec succès le plan de privatisation de la LCBO de Mike Harris il y a 15 ans et qu’ils feront de même si Hudak vient à former le prochain gouvernement provincial.

« Mon syndicat a hâte de travailler avec d’autres groupes comme MADD, les associations de la police, les travailleurs de la santé, entre autres, afin de combattre tout plan visant à privatiser la LCBO ou à vendre de la bière et du vin dans les dépanneurs du coin. Nous mobiliserons toutes les ressources de notre syndicat pour mener cette campagne. »

Renseignements :
Warren (Smokey) Thomas:Président du SEFPO  613-329-1931
Greg Hamara  Communications, Tél : 647-238-9933