Skip to content
1400-200_300dpi-mpac-fr.jpg

Des centaines de travailleurs de la SÉFM rejoignent les piquets d’information pour souligner le lancement du compte à rebours

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – À une semaine de l’expiration du délai de grève, le 17 juin prochain, les membres du SEFPO à la Société d'évaluation foncière des municipalités (SÉFM) ont tenu, ce jeudi, des piquets d'information dans plusieurs villes de l'Ontario. Les travailleurs de première ligne ont parlé avec des membres du public pour les sensibiliser à l’importance du travail qu'ils effectuent pour les municipalités et obtenir leur soutien dans la lutte qu’ils mènent pour obtenir un traitement équitable de la part de leur employeur.

« Nos membres connaissent l’importance d’une évaluation équitable », a déclaré David Lynch, le président de l'équipe de négociation du SEFPO. « Malheureusement, cet employeur s’attend à ce nous soyons des experts de la juste valeur marchande lorsqu'il s'agit d'évaluation foncière, mais refuse de reconnaître la juste valeur marchande lorsqu'il s'agit des salaires et des conditions de travail dans le secteur municipal. »

Les 1 400 membres du SEFPO qui travaillent à la Société d'évaluation foncière des municipalités, sont des professionnels formés qui veillent à ce que chaque propriété en Ontario soit évaluée correctement. Tous les quatre ans, ils évaluent la valeur de plus de cinq millions de propriétés dans l'ensemble de la province.

« On demande à ces membres, qui travaillent d’arrache-pied, d’accepter un accord bien en deçà des normes fixées par d'autres contrats de travail dans les municipalités », a ajouté Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO. « La SÉFM ne semble pas avoir de problème d'argent pour certains de ses gestionnaires de la Sunshine List, qui ont obtenu des augmentations salariales entre 14 et 24 pour cent au cours des deux dernières années. Mais quand vient le temps de négocier avec les travailleurs de première ligne qui effectuent quotidiennement des évaluations foncières cruciales, l’employeur ne semble même pas trouver l'argent pour faire une offre comparable à celles qui ont été accordées à d'autres travailleurs municipaux. »

Les négociations reprendront les 15 et 16 juin prochains, juste avant l’expiration du délai de grève à 00 h 01 heures, le 17 juin.

Renseignements : Craig Ashbourne, agent des communications par intérim, 226 821-1725