Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Hydro One : Les pirates libéraux pillent le joyau de la Couronne – tant qu'ils le peuvent encore

Illustration of an electrical plug with a tear drop
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – La mise en vente d'un autre 20 pour cent des actions d’Hydro One, jadis puissante et publique, est un acte de piraterie, pas de la politique publique, a déclaré, aujourd’hui, le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario.

« L’objectif de la vente d'Hydro One a toujours été de céder un bien public précieux à des investisseurs privés dans le seul but d'enrichir les investisseurs », a déclaré Warren (Smokey) Thomas. « A la demande du capitaine-pirate, Ed Clark, son conseiller/patron, la première ministre Kathleen Wynne a trahi la population de l'Ontario. »

« Cette dernière annonce – les Ontariens ne possèderont plus la majorité des actions d'Hydro One après le 17 mai – est le signe d'un gouvernement qui s'attend à perdre le pouvoir et qui pille le trésor public tant qu'il est encore possible de le faire. »

En perdant la propriété et le contrôle d’Hydro One, les Ontariens perdront de l’argent de deux façons, a expliqué le président Thomas, premièrement parce que le trésor public perdra les revenus que lui rapportait Hydro One; et deuxièmement parce que le contexte privé entraînera une hausse de la facture d'électricité des abonnés.

« L'histoire de l’Ontario nous montre que les tarifs d’électricité étaient élevés quand le système était privé, mais qu’ils ont baissé quand on a créé le système public », a affirmé le président Thomas. « Lorsque le précédent gouvernement conservateur a commencé à privatiser le système, les tarifs ont augmenté, et de nos jours, avec les libéraux, les tarifs crèvent le plafond. »

« Certaines personnes peuvent penser que les libéraux sont des progressistes, et je suis sûr que ces derniers vont nous le rabâcher à nouveau, mais la privatisation d’Hydro One est la politique la plus régressive que nous ayons eu en Ontario depuis longtemps », a-t-il ajouté. « Au moins, dans l'ancien temps, quand un pirate nous dépouillait de nos biens, il n’essayait pas de nous faire croire qu'il nous faisait une faveur. »

Le président Thomas a ajouté qu’au moment de voter, les électeurs de l'Ontario n'oublieront pas que le gouvernement Wynne a trahi leur confiance.

« Le Parti libéral de l'Ontario est un navire en train de couler, avec ou sans Kathleen Wynne à son bord », a-t-il conclu.

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931