Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Suite à l'effondrement financier brutal de la société Carillion, le SEFPO demande au gouvernement de remettre les services qu'elle offrait entre les mains du public

Ca nous appartient
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Suite à l'effondrement surprise de la multinationale britannique Carillion, Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, demande au gouvernement de remettre aux mains des fonctionnaires professionnels qualifiés les services que l’entreprise fournissait.

« Cet échec indique clairement que la privatisation ne fonctionne pas », a déclaré Monsieur Thomas. « C’est inefficace. C’est excessivement cher. Et comme nous l’apprenons aujourd’hui, ça manque totalement de fiabilité. Et Carillion est un autre exemple de privatisation ratée qui a coûté beaucoup d’argent aux Ontariens. »

« Je demande à notre gouvernement de se rendre à l’évidence et de commencer à ramener les services privatisés sous l’administration des pouvoirs publics, là où ils devraient être », a ajouté Monsieur Thomas. « Ici en Ontario, on peut commencer avec les services que l’entreprise Carillion fournissait, sur lesquels nous ne pouvons de toute évidence plus compter. »

Avant l’effondrement de la société Carillion, le gouvernement ontarien lui avait confié toutes sortes de services, notamment les services d’entretien au Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto et le déneigement d’importants tronçons des autoroutes de la série 400 et de routes rurales. Même avant son effondrement, cette semaine, le rendement de l’entreprise en Ontario laissait largement à désirer :

  • En 2004, Carillion avait dirigé les travaux privatisés de conception et de construction du Centre de santé William Osler, qui, selon le vérificateur général de l’Ontario, nous avaient coûté un demi-milliard de trop.
  • En 2014, la compagnie avait été condamnée à une amende de 900 000 $ pour avoir failli à ses obligations contractuelles en ce qui concernait l'entretien des routes.
  • En 2016, la compagnie plaidait coupable pour avoir déversé illégalement des hydrocarbures et du revêtement de peinture toxique.
  • À la fin de l’année dernière, après une série de plaintes du public, la société a abandonné son contrat de déneigement dans la région de Huntsville.

« Un grand désordre régnait au sein de la compagnie Carillion; toutefois, sa disparition soudaine expose les services, les travailleurs et le public à des risques inutiles », a encore dit le président Thomas. « Nous devons nous protéger contre les désastres de la privatisation comme celui-ci en ramenant ces services à l’interne. »

« Rappelez-vous : Carillion n’est pas la seule grande société à fournir des services publics privatisés en Ontario », a souligné Monsieur Thomas.  « Il est temps d’examiner tous ces contrats et de nous demander s’ils valent vraiment la peine de courir le risque. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931