Journée internationale pour mettre fin à la violence envers les travailleuses et travailleurs du sexe 2021

Rainbow Alliance/Arc-En-Ciel Bilingual Logo
Facebook
Twitter
Email

Le 17 décembre est la Journée internationale pour mettre fin à la violence envers les travailleuses et travailleurs du sexe. Cette journée vise à attirer l’attention sur les crimes haineux commis contre les travailleuses et travailleurs du sexe, à se souvenir des vies perdues suite à ces crimes et à combattre la stigmatisation et la discrimination qui contribuent à la violence envers ces professionnels.

Observée depuis 2003, la Journée internationale pour mettre fin à la violence envers les travailleuses et travailleurs du sexe avait commencé par un mémorial et une vigile pour les femmes qui avaient été assassinées par le tueur de la Green River. Il avait tué au moins 49 femmes, des travailleuses du sexe et des femmes vulnérables, dont nous honorons aujourd’hui la mémoire. Le 17 décembre est également une importante journée annuelle de commémoration et d’action pour les travailleuses et travailleurs du sexe et leurs alliés.

Les travailleuses et travailleurs du sexe courent plus de risque en raison des violences dont ils peuvent être victimes dans leur travail. Les personnes autochtones, racialisées ou transgenres sont plus souvent aux prises avec des violences et du harcèlement policier. De plus, les lois canadiennes actuelles sur la prostitution décriminalisent la vente de services sexuels, mais criminalisent tous les aspects connexes, y compris le racolage. Parce qu’ils ne se sentent pas protégés par la législation actuelle, les travailleuses et travailleurs du sexe qui se sentent en danger ont encore plus peur de faire appel à la police.

La pandémie de COVID-19 a été particulièrement difficile pour les travailleuses et travailleurs du sexe, car les restrictions et les mesures de santé publique ont limité leur capacité à travailler en toute sécurité, d’autant plus qu’ils n’ont pas droit aux protections en matière d’emploi comme les congés de maladie payés et l’assurance-chômage. En raison du manque de protections, les travailleuses et travailleurs du sexe se retrouvent dans des situations d’extrême vulnérabilité et face à des obstacles encore plus importants pour satisfaire leurs besoins fondamentaux tels que la nourriture, les soins de santé, la garde d’enfants, le logement, et plus encore.

Les travailleuses et travailleurs du sexe méritent le droit à des conditions de travail sûres, ainsi que le respect et la dignité, comme tous les autres travailleurs canadiens.

À l’occasion de cette Journée internationale pour mettre fin à la violence envers les travailleuses et travailleurs du sexe, la Rainbow Alliance arc-en-ciel (RAA) de l’OPSEU/SEFPO vous invite à manifester votre solidarité et à demander de meilleures protections pour lutter contre la violence envers les travailleuses et travailleurs du sexe en encourageant votre député(e) à appuyer la réforme du droit en matière de travail du sexe.

Celles et ceux d’entre vous qui sont à l’aise d’assister à un événement en personne peuvent participer à une vigile communautaire et une marche de nuit le 17 décembre, à 18 heures, organisées par le Maggie’s Toronto Sex Workers Action Project en l’honneur des travailleuses et travailleurs du sexe qui ont perdu la vie à cause de violences liées à leur travail. Cliquez ici pour en savoir plus.

En toute solidarité,

Warren (Smokey) Thomas, président de l’OPSEU/SEFPO
Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO
Morgen Veres, co-président de la Rainbow Alliance arc-en-ciel de l’OPSEU/SEFPO