Skip to content

Nous sommes en 2018, il est temps de combler l'écart salarial

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas and First Vice-President/Treasurer Eduardo (Eddy) Almeida
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chers amis, c’est aujourd’hui la Journée de l’égalité salariale, le jour jusqu'auquel une femme doit travailler en moyenne pour obtenir le même salaire qu'un homme qui aurait travaillé jusqu'au 31 décembre dernier.

Il est temps de monter la barre pour les femmes et de refermer l’écart.

Au SEFPO, nous menons la lutte pour atteindre l'équité salariale. C'est la loi en Ontario.

Nous sommes à l’avant-garde des efforts déployés pour l'équité salariale des Ontariens depuis des dizaines d’années.

La lutte est difficile, mais nous continuons de nous battre, et nous avons récemment lancé une pétition demandant à la première ministre de respecter la Loi sur l'équité salariale

L’écart salarial entre les sexes pour les travailleurs à temps plein permanents en Ontario est encore d’environ 26 pour cent.

Les pourcentages sont encore plus élevés pour les femmes racialisées, autochtones, immigrantes, partie d’une minorité sexuelle, âgées ou handicapées.

Le problème est clairement lié aux employeurs qui s’obstinent à désobéir la loi en Ontario. Aussi, dans le cas des lieux de travail financés par les deniers publics, il est grand temps que les politiciens arrêtent de parler de résoudre le problème et commencent à agir.

Et si les politiciens pensent qu'ils peuvent continuer de traîner les pieds en ce qui concerne l’équité salariale, qu’ils se détrompent!  Le SEFPO vous traînera de force dans la réalité du 21e siècle si c'est ce qu’il faut pour faire en sorte que les femmes jouissent de l’équité dans cette province.

Et les gouvernements et les employeurs qui ne prennent pas le SEFPO au sérieux le font à leurs propres risques et périls. Notre famille compte désormais 155 000 membres et deux tiers d’entre eux sont des femmes. 

Nous formons une voix politique et économique puissante, qui exige que les femmes ne soient plus laissées pour compte.

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO

Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier