Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le personnel de la prison de Kenora sauve la vie de cinq détenus

Le personnel de la prison de Kenora sauve la vie de cinq détenus

Division des services correctionnels SEFPO
Division des services correctionnels SEFPO
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Kenora – Le SEFPO félicite les actions héroïques du personnel correctionnel qui, sur une période de 24 heures, a sauvé la vie de cinq détenus à la prison de Kenora qui avaient fait une surdose de fentanyl. 

Trois surdoses ont été signalées juste après 21 h, le 20 juillet. Des agents et deux infirmières se sont précipités pour fournir les premiers soins. Vu que la seule ambulance disponible aurait pris une heure pour atteindre la prison, les agents ont conduit les détenus à l’hôpital dans des fourgonnettes sécurisées. 

En l’absence de soins infirmiers 24 heures sur 24, les infirmières sont restées toute la nuit à la prison. Et c’était une chance pour deux détenus qui ont surdosé tôt le lendemain. Une fois de plus, les agents et les infirmières sont intervenus pour leur sauver la vie. En raison de la pénurie chronique de personnel à la prison, aucun agent ne pouvait escorter les détenus à l’hôpital; ainsi, c’est le directeur de l’établissement et le surintendant de la PPO qui ont prêté leur aide. 

Le mois dernier, le personnel de l’établissement de Kenora avait également agi rapidement pour limiter la propagation de COVID-19, tandis que deux cas asymptomatiques avaient été découverts.  Selon Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, c’est un exemple de la vigilance des membres du SEFPO qui travaillent dans des établissements correctionnels. 

« Nous avons été témoin de leur réaction réfléchie face à la COVID-19 le mois dernier », a déclaré M. Thomas. « C’est ici un autre exemple du calme, du dévouement et de l’ingéniosité dont ont fait preuve les membres du personnel correctionnel pour empêcher une tragédie de se produire.  On observe ce genre de professionnalisme chaque jour partout en Ontario. » 

Chris Jackel, président de la division du SEFPO qui représente les travailleurs correctionnels, a déclaré qu’il est inspirant de voir comment ils peuvent surmonter les obstacles auxquels ils font face. 

 « Ces hommes et ces femmes sont des héros. Professionnels et dévoués à la sécurité du public, même face à des obstacles énormes. »

Selon Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO, lui-même agent correctionnel, la situation de Kenora ce mois-ci lui est trop familière. 

« Ayant travaillé dans l’établissement de Hamilton, j’ai vu les terribles conséquences de la drogue sur les détenus, ainsi que l’empathie dont font preuve les membres du personnel », a-t-il dit. « Nous sommes reconnus pour assurer la sécurité de nos communautés, mais nous passons en fait une grande partie de notre temps à protéger les détenus des autres détenus et, comme c’est le cas ici, d’eux-mêmes. » 

Monsieur Thomas espère que l’incident de Kenora rappellera au gouvernement provincial qu’il faut en faire davantage pour aider le personnel de première ligne à faire face à de tels problèmes. 

« Nos membres ont besoin de plus de formation et de ressources pour s’occuper des détenus qui vivent avec des troubles de santé mentale et des toxicomanies. Incroyablement, ils ne les ont toujours pas reçues. La situation est dangereuse tant pour les détenus que pour le personnel. » 

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931