Communiqués bannière

Le conflit de travail atteint un point critique aux Services ambulanciers de Lennox et Addington

Napanee – Après trois jours de conciliation, et avec les négociations au point mort, les membres de la section locale 422 du SEFPO, qui représente les techniciens ambulanciers à Lennox et Addington, en ont assez et ont décidé d’émettre un rapport recommandant de ne pas instituer de commission de conciliation auprès du ministère du Travail. Maintenant que ce rapport a été déposé, le compte à rebours vers la grève ou le lockout est commencé.

« Les négociations ont été très difficiles jusqu’à maintenant », a déclaré le président de la section locale 422 du SEFPO, Randy Snider. « Avec un employeur qui refuse d’avancer, nous sommes forcés de prendre les mesures qui s’imposent, même au risque d’une grève ou d’un lockout. »

Selon Randy, toute forme de grève ou de lockout serait affectée par les ententes sur les services essentiels, qui garantissent certains niveaux de service. Mais après deux ans et demi sans entente, face à un employeur qui refuse d’aborder les enjeux de négociation clés et continue de traîner les pieds, quelque chose doit être fait pour ces techniciens ambulanciers.

« C’est retards par-dessus retards. Assez, c’est assez », a ajouté Randy. « L’employeur refuse d’accepter nos revendications, quelles qu’elles soient. »

Les membres de la section locale veulent négocier un contrat et demandent aux Services ambulanciers du comté de Lennox et Addington de s’asseoir à la table et de se concentrer sur les négociations. Certaines préoccupations des membres comprennent l’établissement des horaires, la santé et la sécurité au travail, l’énoncé concernant le harcèlement et l’équité salariale.

« Ces retards de l’employeur ne sont rien de plus que des tactiques d’intimidation », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Ces membres travaillent dans un milieu de travail toxique, avec un employeur qui refuse de coopérer un minimum. Mais ces membres bénéficient du plein appui du SEFPO, et ils ne se laisseront pas intimider. »

« Il est temps que l’employeur se réveille », a encore dit Smokey. « Ces techniciens ambulanciers sont aux premières lignes des soins. Comment peut-on s’attendre à ce qu’ils fassent leur travail comme il faut s’ils ne sont pas traités de façon appropriée? Quant aux salaires, ils ne demandent rien d’autre que des salaires équitables. Ça n’a rien d’exagéré. »

« L’employeur doit mettre fin aux distractions et se concentrer sur les négociations. C’est simple », a encore dit Randy. « Nous voulons promouvoir un milieu de travail sain et de bonnes relations de travail; nous voulons mettre l’accent sur l’accomplissement de notre travail et le service à notre communauté, mais les négociations avec cet employeur se sont avérées pénibles. »

« Nous ne voulons pas que cela se termine par une grève », a insisté Randy. « Notre objectif est et a toujours été de négocier un contrat équitable et fonctionnel. Nos membres le méritent et avec le plein appui du SEFPO, nous continuerons de l’exiger. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931; Randy Snider, 613-929-5340