Skip to content
ops_opseu_french_banner.jpg

L'absence de mesures de sécurité à la nouvelle prison de Toronto met en danger le personnel et les délinquants

TORONTO — Selon les agents correctionnels du nouveau Centre intermittent de Toronto, sur l"avenue Horner, le manque de procédures opérationnelles normalisées ne manquera pas d’entraîner de graves incidents, voire même des décès dans l’établissement. L’avertissement vient après la surdose quasi-mortelle d’un détenu le week-end dernier.

Dan Sidsworth, président élu des Services correctionnels ontariens, responsable de 6 000 agents correctionnels dans la province, a déclaré que le centre n"aurait jamais dû ouvrir ses portes avant la mise en place de procédures officielles assurant le fonctionnement sans danger de l"établissement.

« Chaque établissement correctionnel est différent, et des procédures spécifiques doivent être établies pour chacun d"eux afin d"assurer la sécurité du personnel et des détenus », a déclaré Sidsworth. « Il est dur à croire qu"on ait pu autoriser l"ouverture d"un établissement correctionnel sans avoir établi au préalable des règles et procédures précises pour son personnel. »

Sidsworth a mentionné qu"une réunion était prévue avec des représentants supérieurs du ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels pour résoudre le problème, mais il ajoute que le personnel et les détenus sont en sursis.

« Il y a déjà eu de graves incidents, et il est inévitable que quelque chose de pire se produise si des procédures sûres ne sont pas mises en place dans les meilleurs délais », a encore ajouté Sidsworth. « Le ministère ne peut se permettre de traîner les pieds plus longtemps. »

Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO, a dit qu"il tiendrait Madame Meilleur, la ministre des Services correctionnels, personnellement responsable de tout incident dont pourrait être victime un de ses membres à la prison.

« Il est impossible d"acheter un outil électrique sans manuel épais en expliquant le fonctionnement sans danger », a expliqué Thomas. « Il est totalement irresponsable pour le ministère d"ouvrir une prison sans mesures de sécurité en place. Le personnel, les détenus et, au bout du compte, le public, sont en danger. »

Pour plus d’information :
Don Ford, Division des communications du SEFPO – 416-448-7442