news_notices_french.jpg

Des rires et des larmes : le cheminement de la Région 3 vers la reconciliation

OPSEU Indigenous Circle Logo
Facebook
Twitter
Email

La Conférence des Autochtones de la Région 3 du SEFPO, qui a eu lieu du 20 au 22 octobre, a été un véritable cheminement pour les participants.

Ce fut un long cheminement, de la douleur de la perte jusque sur la voie de la guérison. Des survivants de la « rafle des années 60 », une période durant laquelle les enfants autochtones étaient enlevés à leur famille pour être confiés à des familles non autochtones, ont joué le rôle de guides tout au long de ce cheminement. Les participants du SEFPO ont marché côte à côte avec les survivants, qui ont raconté leurs histoires et montré leur capacité de résilience.

Un participant a déclaré ressentir de « la compassion avec les survivants, de la colère à l’égard du gouvernement et être touché par celles et ceux que j’ai rencontrés… fiers et résilients, ils trouvent, malgré tout, la force de rire – et d’espérer – en pleurant. »

Cette capacité de résilience, qui est véritablement ancrée dans la culture autochtone, est consolidée par les enseignements traditionnels et célébrée dans les cérémonies. Elle a été le moteur de la conférence, qui était organisée par des membres du SEFPO et des Chippewas de la Première Nation de Rama – la conférence ayant lieu sur leur territoire traditionnel. Cristine Rego, représentante du Cercle des Autochtones du SEFPO pour la Région du 3, était l’animatrice principale et l’aîné Austin Mixemong a procuré ses conseils et enseignements tout au long de la fin de semaine. Darlene Kaboni et Crystal Sinclair, membres de l’équipe de mobilisation autochtone du SEFPO, ont apporté leur soutien à titre de co-animatrices. Danielle Kahn Da Silva et Nadya Kwandibens, de l’organisme « photographes sans frontières », une communauté de conteurs qui mettent en lumière des initiatives locales dans le monde entier, étaient sur place pour documenter l’événement.

La conférence s’est ouverte vendredi soir, le 20 octobre, avec la cérémonie de bienvenue et de reconnaissance du territoire traditionnel sous la direction de Dan Shilling, gérant de bande des Chippewas de la Première Nation de Rama, suivie du mot de bienvenue de Sara Labelle, vice-présidente régionale de la Région 3 du SEFPO, et d’une prière dite par l’aînée Myrna Watson. 

Le samedi matin a commencé par l’exercice des couvertures, une représentation visuelle et émotionnelle de la disparition des cultures autochtones à la suite du colonialisme. Les participants ont regardé la vidéo produite par le SEFPO , Coming Home: Sixties Scoop Survivors Reclaim their Culture; ils ont également participé à un cercle de partage et à des tables rondes afin de discuter du chemin qui reste à parcourir vers la réconciliation entre les Premières Nations et les autres Canadiens.

Les participants venaient de nombreux secteurs du SEFPO, notamment des services correctionnels, de la Division des employés de la Régie des alcools, de la Division des employés professionnels de la santé et des services de santé communautaire.  Le dimanche matin, à l’heure où le soleil se levait sur le lac Couchiching, les participants ont assisté à une célébration culturelle des chanteurs et danseurs du groupe des Coldwater Ojibway Singers and Dancers et de deux membres du groupe du Metis Fiddler Quartet..

Il s’agissait d’une fin de semaine d’éducation, de guérison et de réconciliation.

Sara Labelle, vice-présidente de la Région 3, s’est dite honorée et privilégiée d’être conviée.

« Le point culminant de cette conférence sera un vaste rassemblement des membres du SEFPO sur la colline du Parlement afin d’exiger la justice pour les femmes autochtones disparues ou assassinées, la guérison pour les survivants de la rafle des années 60 et des relations respectueuses pour expier le colonialisme pour sept générations. »

Sara Labelle a remercié les représentants de l’équité de la Région 3 pour leur travail sur la conférence, en particulier Ron LePage, qui a tissé des liens avec la communauté autochtone locale, ainsi que Michael McKeown, du Comité provincial des droits de la personne pour la Région 3, et Tammy Carson, représentante du Cercle des Autochtones. La conférence était organisée avec le soutien du personnel de l’Unité de l’équité du SEFPO.