Skip to content
organizing_opseu_french_banner.jpg

La police des campus de l’Université Wilfred Laurier choisit le SEFPO

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les travailleurs du Special Constable Service de l’Université Wilfred Laurier ont voté en faveur de leur adhésion au SEFPO, le plus grand syndicat du secteur public de l’Ontario. Ils sont les premiers intervenants à répondre à toutes les situations d’urgence sur les quatre campus de Wilfred Laurier, qui sont situés à Waterloo, Kitchener, Brantford et Milton.

Le Special Constable Service est composé d’agents de police, d’opérateurs des communications, d’agents de sécurité et de personnel administratif. Ils font appliquer la loi sur la propriété de l’université, portent des accusations et procèdent à des arrestations en vertu de la même autorisation légale que les policiers.

« Dans une période où la COVID-19 alimente les sentiments de détresse et d’insécurité, la population de l’Ontario se rend compte à quel point les services d’urgence de première ligne sont d’une importance vitale », a déclaré Kella Loschiavo, présidente du Secteur des universités du SEFPO. Le personnel, les étudiants et les visiteurs des quatre campus Laurier comptent sur la police du campus pour assurer leur sécurité – et ils font un travail remarquable.

« Je suis heureuse et enthousiaste de savoir que ces travailleurs dévoués ont désormais une bien plus grande influence dans leur milieu de travail. »

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a fait remarquer que le syndicat représente également les membres de la police des campus des universités de Toronto, Ottawa, Carlton, Guelph, Western et Waterloo.

« La bonne nouvelle, selon laquelle adhérer au SEFPO est le meilleur moyen de défendre les intérêts des travailleurs de première ligne, se répand comme une traînée de poudre », a déclaré Smokey Thomas.  « Nous sommes réellement enchantés que les agents de police de Laurier aient choisi de se joindre à nous. »

« Il est essentiel que le personnel et les étudiants travaillent dans un environnement propice à l’enseignement et aux études et que les travailleurs de la police du campus, comme les agents de police de Laurier, soient dûment reconnus pour leurs contributions. »