Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Mises à pied annoncées au Centre de santé mentale Royal Ottawa

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

OTTAWA –  Le Centre de santé mentale Royal Ottawa a commencé à distribuer des préavis de mise à pied à tous ses conseillers en toxicomanie travaillant dans le cadre du Programme de traitement de la toxicomanie et des troubles concomitants avec hospitalisation. 

La décision touche cinq membres réguliers et deux membres à temps partiel du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario combinant 100 ans d’expérience en traitement des toxicomanies.  Sept employés occasionnels perdent également leur emploi.

« Nous sommes consternés de voir que Le Royal ait décidé de mettre en péril la vie et les moyens de subsistance mêmes de ces travailleurs et le traitement de leurs patients en supprimant un programme qui dessert une communauté depuis 30 ans », a déclaré la présidente de la section locale 479 du SEFPO, Marlene Rivier.

Le SEFPO est en pourparlers avec l’hôpital depuis des mois pour trouver des moyens d’éviter les mises à pied, mais toutes les propositions du syndicat ont été rejetées. 

« Le pire, c’est qu’aucun plan de transition n’a été prévu pour les patients actuellement inscrits au programme de Meadow Creek.  Leur traitement a été perturbé par tous les changements qui surviennent et ils ne recevront pas les soins de suivi promis », a ajouté Madame Rivier.

L’hôpital lance un nouveau programme pour traiter les patients toxicomanes qui vivent avec une maladie mentale et dit que le personnel courant n’est pas suffisamment qualifié pour prendre soin des clients aux besoins toujours plus complexes qui sont admis dans le programme.  Les conseillers en toxicomanie mis à pied seront remplacés par des travailleurs sociaux et des psychologues. 

« Vu la rareté des dollars destinés aux soins de santé dans cette province, les hôpitaux sont désormais forcés de trouver des moyens plus rentables de fournir leurs services, sans compromettre les soins aux patients », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, qui a travaillé dans le domaine de la santé mentale presque toute sa vie. « Mettre à pied des travailleurs hautement qualifiés, embaucher des fournisseurs plus coûteux et laisser tomber les patients n’est pas logique. »

« Les conseillers en toxicomanie font partie intégrante de ce programme depuis des dizaines d’années.  Le Royal devrait chercher des moyens d’ajouter à ce que ces employés apportent plutôt que de simplement les jeter à la rue. »

Pour plus d’information : Marlene Rivier, 613-222-8392