Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Les mises à pied à l'Hôpital général de St-Thomas-Elgin nuiront aux soins des patients, selon le SEFPO

ST-THOMAS – Les mises à pied prévues à l’Hôpital général de St-Thomas-Elgin (STEGH) ne manqueront pas de nuire aux patients, selon le Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario.

« L’hôpital élimine des postes d’infirmières autorisées, des services de laboratoire médical pour les patients externes et des services de technologie de l’information », a déclaré Carol Warner, déléguée du personnel au SEFPO. « L’hôpital perdra aussi des membres de son personnel de bureau et administratif qui contribuent au bon fonctionnement de l’hôpital.  « Tous ces travailleurs jouent un rôle vital dans la qualité des soins au STEGH. »

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas a dit que l’hôpital n’a pas besoin de chercher loin pour faire des économies sans éliminer ces emplois.

« Ce ne sont pas les travailleurs pratiques qui devraient être mis à la porte », a-t-il encore dit. « Si l’employeur a besoin d'argent, il ferait mieux de réexaminer les salaires des dirigeants. Un directeur à l’hôpital gagne plus de 230 000 $ par année pour un emploi à temps partiel. Des salaires de la sorte ne peuvent être justifiés.

L’hôpital n’a pas précisé le nombre de travailleurs qui perdraient leur emploi. Il a annoncé que les coupures permettraient des économies de 1 million de dollars.

Le SEFPO représente plus de 500 travailleurs au STEGH.

Pour plus d'information :
Carol Warner, délégué du personnel
519-319-1736