Skip to content
lbed_opseu_french_banner.jpg

La plainte pour atteinte aux droits de la personne de la LBED examinée en audience préliminaire les 12 et 13 février 2015

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

En mai 2013, lors de notre dernière ronde de négociations contractuelles, le SEFPO a déposé une plainte en matière de droits de la personne contre la LCBO. Après avoir conclu une entente, les deux parties avaient convenu de planifier des réunions de médiation/arbitrage avec une tierce partie neutre afin de tenter de résoudre les questions soulevées dans notre plainte pour atteinte aux droits de la personne.

Après quelques séances, l'employeur a annulé sa participation à maintes reprises et négligé de replanifier des dates de réunion. Entre-temps, le SEFPO a poursuivi sa requête par l'entremise de la procédure formelle du Tribunal des droits de la personne de l'Ontario (TDPO).

Le 21 août, le conseiller juridique, qui représente le SEFPO, a participé à une audience sommaire par téléconférence avec ses homologues de la LCBO et le vice-président du Tribunal des droits de la personne. Cette audience sommaire avait pour objectif de procéder aux préparatifs nécessaires pour poursuivre le traitement de la requête.

Le Tribunal, qui a enjoint les deux parties à présenter les documents pertinents, a planifié une audience préliminaire en personne, d'une durée de deux jours, les 12 et 13 février 2015.

Pendant ce temps, le Tribunal programmera deux plages de dates d'audience pour les semaines du 6 juillet 2015 et du 20 juillet 2015.

Le SEFPO a déposé une plainte au TDPO qui stipule que la LCBO a délibérément créé une main-d'œuvre essentiellement composée de femmes, qui travaillent habituellement de 25 à 40 heures par semaine tout au long de l'année et que l'organisme de la Couronne classifie d'« employées occasionnelles ». Le SEFPO estime que la LCBO a agi ainsi par calcul afin de moins payer des milliers d'employées et de restreindre leurs avantages sociaux et promotions.

Sachez qu'il s'agit d'une question prioritaire pour le SEFPO et la LBED et que nous poursuivrons cette affaire jusqu'à sa conclusion.