Skip to content
lbed_opseu_french_banner.jpg

La LCBO serait le meilleur endroit pour vendre de la marijuana de manière sécuritaire, selon le président du SEFPO

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

TORONTO – Les succursales de la LCBO seraient le meilleur endroit pour vendre de la marijuana de manière sécuritaire, si le gouvernement fédéral décide d'en légaliser la vente, selon le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario.

« Si on la légalise, la marijuana sera une substance contrôlée, et personne n'a plus d'expérience dans la vente des substances contrôlées que le personnel de la LCBO », a déclaré Warren (Smokey) Thomas. « La LCBO, qui a une solide expérience en matière de vente responsable de boissons alcoolisées, a déjà le système en place pour contrôler avec succès la vente de la marijuana. »

La proposition du SEFPO est similaire aux récentes déclarations du Centre de toxicomanie et de santé mentale et de Greg Selinger, le premier ministre du Manitoba. Thomas a appelé le Premier ministre du Canada à inclure la communauté de la santé publique dans toute discussion de légalisation.

« Si la légalisation se concrétise, on devra instaurer un solide cadre de réglementation, y compris un âge minimal, l'interdiction de la publicité, et un plan pour prévenir la conduite avec facultés affaiblies par le cannabis », a-t-il ajouté. « Si on laisse l'industrie fixer les règles, on ne fera aucun progrès pour réduire les dommages sociaux. »

De plus les systèmes d'entreposage et de distribution et le laboratoire de renommée mondiale de la LCBO auraient également un rôle important à jouer advenant une légalisation de la marijuana, a expliqué Thomas. Tous les ans, la LCBO effectue 500 000 analyses de boissons alcoolisées. Ces analyses permettent de garantir que tous les produits vendus par la LCBO sont sans danger pour la consommation et conformes à la législation.

« Toute l'infrastructure est en place pour assurer une transition en douceur vers un système plus sûr, a conclu Thomas. Ce ne serait pas nécessaire de réinventer la roue. »

Renseignements :
Warren (Smokey) Thomas
613 329-1931